ET AUSSI
• A la Une. Esther Candaës joue 'Lettre d'une inconnue'
• A la Une. Le Petit Prince, rencontre avec Frank Biagiotti
• En vidéo. Le jukebox du théâtre
• Texte. Découvrez la pièce Après la Pluie, le Bon Temps

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



Est-ce assez dit ? ''Un texte modifié sans autorisation est un plagiat''
Les bonnes règles à suivre pour modifier un texte. Et si on commençait tout simplement par expliquer ?

À LA UNE
Une
"Ah ! Les auteurs ! Vous êtes bien tous les mêmes ! Incapables de finir une pièce comme il faut. Heureusement que nous, les metteurs en scène, sommes là !" C’est pourtant ce que j’ai entendu un jour. Rassurant le "Tous les mêmes". Ouf ! Courage. Il faut donc mettre les pieds dans le plat !

Après plusieurs lectures, une troupe choisit l’élue, celle de la prochaine saison. Les autres ne convenant pas. Pourquoi, dès lors, se donner l’illusion que cette pièce ne sera bien qu’après avoir été modifiée, rectifiée, vandalisée !… "C’est pas grave, l’auteur habite loin et il ne le saura même pas !" En 2018, tout se sait ! Il y a un truc apparu récemment qui s’appelle internet… Un truc de d’jeunes !

A l’origine de modifications plus que farfelues, des présidents d’assos s’octroient un droit d’appropriation. Personne n’est dupe et en réalité, c’est juste un besoin pour eux d’être reconnus, aimés et admirés. Ne pas comprendre une pièce ne veut pas dire qu’elle n’a pas des subtilités. Une pièce a une âme et des raisons d’exister que d’aucuns font semblant d’ignorer. C’est (mode poli) barbant ces questions posées aux auteurs, émanant, en cachette, des acteurs de la troupe ou du public venu et demandant "Pourquoi vous avez écrit ce passage ? Personne n’a compris !". Et de répondre à l’envi "Mais madame, je n’ai jamais écrit ça. Ce n’est pas dans la pièce et d’ailleurs, ça ne veut rien dire !". C’est une très mauvaise publicité pour les auteurs. D’autant qu’il n’est pas rare que d’autres troupes viennent incognito en salle pour justement se faire une idée de cette pièce… Et elles ne font pas de cadeau dans les commentaires que nous recevons… Certes, un peu de tolérance et de compréhension sur des modifications mineures qui ne déstructurent pas le sens ne peut pas nuire. Rien, absolument rien, ne doit dénaturer une pièce. Tant pis pour l’ego de celui qui se croit indispensable. Un texte modifié sans autorisation est un plagiat. Le plagiat, illégal, est puni par la loi.

Il est bien entendu et sans concession qu’un thème ne saurait appartenir à qui que ce soit. Mais, de grâce, que certains arrêtent de "piquer" dans les assiettes du voisin. Nos répliques qu’on retrouve presque mot pour mot dans des pièces récentes sont autant de bêtises et d’immaturités, de déloyautés à bannir définitivement. Sans en avoir l’air, on "cause" entre auteurs. Et comme nous avons toujours d’excellentes relations, tout finit par se savoir. La création est une conception unique, pas une photocopieuse !

Un petit rappel sur ce que dit le code de la propriété intellectuelle : Art. L.121-1 : "L'auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son œuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible".

Art. L.335-2 : "La contrefaçon […] est un délit puni de 3 ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende".

Troupes, soyez, au minimum, sympas. Si vous pensez que la pièce que vous voulez interpréter n’est pas bonne, ne la jouez pas. Choisissez-en une autre non modifiable. Vous serez en cohérence avec vous-même. Parlez. Ne vous cachez pas et demandez toujours l’autorisation, c’est une question de simple politesse.

Auteurs : astuce dans les cas extrêmes : une troupe ne joue pas le jeu et continue à vous plagier ? Vous pouvez faire appel à un huissier de justice qui constatera les faits. Faites un référé qui pourra interdire sur-le-champ toute représentation n’ayant pas obtenu les autorisations légales. Parlez avant de sévir et privilégiez toujours l’accord amiable tout en restant très ferme, c’est mieux pour tout le monde.

Aux bricoleurs du dimanche : si les auteurs que vous lisez ne sont pas bons, installez-vous devant une feuille blanche et essayez d’écrire 10 pages… Vous verrez que ce n’est pas aussi facile que vous le pensez.

Ces exemples restent des exemples type et pour tout le reste, seule la SACD est habilitée à répondre. Il n’est pas question d’empiéter sur ses compétences ou prérogatives. Consultez le site : [en savoir plus]


Publié le 11/12/2017
DANS LA MÊME RUBRIQUE
 
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur cet article


Publicité
PUBLICITE
PARTENARIAT