Le Roi des contes de Bernard Granger

Genre : Comédie
Distribution : 18H 12F
Durée : Environ 2 heures
La bibliothèque municipale de Saint-Suhard le Gouillu vient d'être vandalisée et tous les livres sont mélangés. Charles Perrault, habitant cet endroit, comme bon nombre de personnages et d'auteurs célèbres, s'apprête à nous lire son nouveau conte: "La Belle au Bois Dormant". Le gardien de la bibliothèque, un passionné de littérature, vient l'informer du carnage. Ce gardien a un don singulier: il peut entrer dans les livres et les B.D. et connaît personnellement bon nombre de héros légendaires. Au fil de sa narration, Charles Perrault s'aperçoit très vite que son conte lui échappe et est parasité par divers personnages illustres de la bibliothèque qui font irruption au Château de la Belle pour bousculer son histoire et l'embarquer malgré lui dans des péripéties rocambolesques et anachroniques. Bon an, mal an, Perrault tente de garder le cap de son récit mais "La Belle au Bois Dormant" devient rapidement un galimatias cocasse et incontrôlable ou les époques et les langages se télescopent. Cyrano de Bergerac, ne s'exprimant qu'en alexandrins, revendique le titre de Prince Charmant, les bonnes Fées sont beaucoup plus perverses qu'on le croit, un couple de "beaufs" de banlieue se voit intronisé Roi et Reine, la Belle s'avère être un travesti stupide et malodorant, Gaston Lagaffe, fidèle à lui-même, déclenche un cataclysme ultime etc. Charles Perrault doit supporter tous ces outrages à son œuvre et lutte sans cesse pour que son histoire ne sombre pas dans le chaos burlesque mais n'y parvient pas... pour la plus grande joie de ses spectateurs... Les Princes Charmants défilent un à un et fuient aussi vite qu'ils sont venus car "la Belle" est décidément incasable. Cependant, comme dans tous les contes, tout est bien qui finit bien, la Belle et le Prince Charmant finaliste, qui ne correspondent pas vraiment aux normes du genre, se marient ; une cérémonie baroque et follement extravagante consacre leur union.

 Note de l'auteur. Cette comédie comporte 30 personnages, ce qui peut paraître impressionnant, mais je précise qu'il s'agit pour bon nombre de "rôles-éclair" de quelques minutes ou même de quelques secondes ; les comédiens peuvent donc endosser plusieurs rôles, trois, voire quatre, à charge pour la mise en scène de caractériser chaque personnage par un détail ou une attitude propre à celui-ci. Cette pièce, bien que se situant dans une période ancienne, peut être jouée sans costumes d'époque mais avec de simples accessoires décalés renforçant le caractère parodique du sujet.