• L'œuvre de 1927 signée Hermann Hesse, Prix Nobel allemand. Brûlée par les nazis, elle est devenue culte vingt ans plus tard. A ne pas manquer !
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Quand le traumatisme de la guerre fait partie intégrante de l'héritage familial, c'est 'Le tabou'. Une pièce de la compagnie ACTS.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© DR
Du 13/03/2018
au 17/03/2018

21h.
Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 TOULOUSE
Réservations :
05 61 62 14 85
Site Internet
Quand le traumatisme de la guerre fait partie intégrante de l'héritage familial, c'est 'Le tabou'. Une pièce de la compagnie ACTS comportant quatre acteurs, une chanteuse/traductrice/narratrice et un musicien mettant en œuvre leurs talents pour une découverte théâtrale.
La plupart du temps, une interprète en langue des signes traduit le langage verbal. 'Le tabou' nous offre l'expérience inverse. La pièce est intégralement interprétée en langue des signes tandis qu'une narratrice pose sa douce voix afin de compléter l'histoire déroulée sous nos yeux. Je dis bien "compléter" car elle ne remplace pas la parole des acteurs. Ainsi deux spectacles ont lieu, le narré et le signé.
Passé l'étrangeté de cette découverte, il y a l'hisoire dont les scènes voguent entre présent et passé. Elnora cherchant initialement l'identité de son père, se retrouve plongée dans une histoire d'amour entre sa grand-mère Rosela et un officier allemand, Hans. Elle épluche les lettres et souvenirs du grenier, quand doucement sous ses yeux se déroulent les scènes d'antan. Physiquement présente parmi les fantômes du passé, elle s'efface peu à peu leur laissant tout l'espace scénique créant des transitions fluides.
Dans ce drame, il y a donc la curieuse Elnora, en quête de verité, Rosela, douce et têtue coincée entre l'honneur et l'amour. Puis Malo le proprietaire du café, un jeune garçon sympathique mais endetté. Le père de Rosela, Merlin, est un homme profondément blessé aimant tendrement sa fille. Enfin il y a Hans, faisant partie de l'armée nazie, sensible et terrifiant.

Contrairement à la majorité des spectateurs présents ce soir là, je ne parle pas la langue des signes. Cependant, au fur et à mesure des scènes, mon regard s'habitue aux gestes, commence à en comprendre certains. La barrière s'amenuise. Je regarde l'officier allemand qand il raconte la guerre, le visage défiguré, extasié par la guerre, les yeux exorbités, terrifiants. Ses mains, expressions et bruits percutant le silence me plongent immédiatemment au champ de bataille. La narratrice ne parle pas, l'image est claire, frappante, et imprègne tout le théâtre.

En réalité, tous les comédiens se fondent totalement dans leurs personnages, ainsi ils reconstituent le quotidien de civils durant la seconde guerre mondiale en France. Leurs émotions, leurs intentions sont palpables et percutantes.



Même si l'histoire reste simple et recyclée, elle reste bien amenée et nous renvoie à ces êtres humains dont les émotions et relations se sont vus éternellement changées par la guerre. Individus que nous oublions souvent, pourtant actuels. Cependant, de merveilleux moments ponctuent l'histoire et l'Histoire. Ce par le chantsigné, c'est à dire la langue des signes comme chorégraphie, un vrai travail du corps. Les acteurs sont synchronisés, la chanteuse de sa voix claire et forte entame 'Le chant des partisans' sur quelques notes de basses, graves, intenses. Le tout est puissant. L'ouvrier, le paysan, le camarde sont là devant nous. Ainsi, on dit l'amour, la peur sur scène, on dit et chante Edith Piaf aussi.

La création sonore participe entièrement à l'atmosphère de la pièce, variant les sons, les textures. Le bémol est peut-être que la musique est dans la même lourdeur que le propos. Elle intensifie parfois trop le côté plombant de la pièce. De même pour les lumières qui sont comme de gros écriteaux indiquant des changements d'ambiance. Toutefois, elle est aussi très utile pour enlever des moments hors du temps, pour faire abstraction du cheminement de l'histoire afin de mettre en avant la parole et l'émotion d'un personnage.

Quoi qu'il en soit, cette pièce comporte de très belle leçon de mise en scène, les corps, les mouvements offrent énormément de poésie et des symboliques très fortes. Chaque tableau est pertinent, et je ne peux m'empêcher de me remémorer l'échange de livres entre Hans et Rosela, rapide, intense, qui n'a qu'un but, le partage et la connaissance de l'autre. Tout comme cette pièce, le partage de deux langues, l'envie d'agrandir la place faite aux sourds et muets dans la culture, dans l'accès à a culture. Finalement, l'envie de renouveler cette expérience, d'aller vers l'autre.
Mis à jour le 18/03/2018
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE