• Un conte Ă©cofĂ©ministe pour enfants ! Original, inventif, dynamique et questionnant ! Une vĂ©ritable pĂ©pite Ă  aller dĂ©couvrir au ThĂ©o Théâtre.
  • Une vraie prouesse. L'un des meilleurs spectacles pour enfants depuis longtemps.
  • Courez vraiment voir son show, vous n’allez pas ĂŞtre déçu !
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




À l'entrée dans la salle, cinq comédiens sont déjà installés et mis en lumière dans leur espace de jeu. Leur veste blanche fait penser à celle des marins et leur tenue uniforme noire en dessous (pantalon et marcel), quelque peu poussiéreuse, nous indique que nous avons affaire à cinq garçons de café, mais au repos.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© DR
Du 02/12/2015
au 05/12/2015

20h30.
Théâtre Garonne
1, avenue du Château d'eau
31300 TOULOUSE
Réservations :
05 62 48 54 77
Site Internet
À l'entrée dans la salle, cinq comédiens sont déjà installés et mis en lumière dans leur espace de jeu. Leur veste blanche fait penser à celle des marins et leur tenue uniforme noire en dessous (pantalon et marcel), quelque peu poussiéreuse, nous indique que nous avons affaire à cinq garçons de café, mais au repos. Chacun avec la cigarette à la bouche ou à la main. Le décor semble être fait avec des matériaux de fortune , fragile et précaire. Quelques tables, une théière, un service de cinq minuscules tasses, de la menthe, beaucoup de menthe, un paquet de forme phallique que l'on découvrira être du « sucre marocain », une serpillère/torchon dans la main d'un des serveurs, un bout de papier toilette collé à son crâne chauve, un autre avec du dentifrice dans la poche de la veste. Alliance et annonce d'un joli désordre qui ne cessera de croître!

Nous avons le temps d'observer ce dĂ©cor, leurs accessoires car les derniers spectateurs mettent du temps Ă  arriver et les comĂ©diens prennent le temps d'entrer en discussion avec eux, de leur indiquer les places qui restent. Sans le savoir, le spectacle a dĂ©jĂ  bel et bien commencĂ©, alors qu'un comĂ©dien ne cessera de demander « Bon alors, ça commence ? ». Un texte dĂ©file en surtitrage qui est diffĂ©rent de ce qui est dit ou plutĂ´t jouĂ© en mĂŞme temps au plateau. Difficile de suivre les deux, alors l'œil fait des va et vient entre leurs actions grotesques et le texte filant Ă  vive allure. Ce texte finira par ĂŞtre redit par un comĂ©dien.

Ces cinq garçons de café tordent le langage dans tous les sens et virevoltent dans un carrousel de sons et de mots. Un joyeux bordel, parfaitement orchestré, qui tend vers le grotesque, l'absurde et le dadaïsme. Avec un humour incomparable, ils nous offrent une magistrale leçon de langage. Car c’est bien de langage dont il est question. Entre dialogues infructueux, badineries, monologues ratés, quiproquos, poèmes sonores et disputes, la scène devient un vrai capharnaüm, aussi bien visuel que verbal, devant lequel l’hilarité du spectateur ne peut aller que crescendo. Les prétextes de discussion sont nombreux : le remplissage de temps, le temps libre, le temps météorologique, le dedans le dehors, l'eau et le fameux calicot. Au-dessus d’eux, en effet, une banderole où est inscrit: «Le geste spontané a disparu de l’environnement néolibéral qu’est actuellement la société. » Que peut-elle signifier, un des comédiens le livre dans un entretien : ”Cette phrase n’a pas de sens, pourtant elle est vraie ; elle est pertinente et absurde en même temps.

Ils parlent pour ne rien dire, ne parviennent pas à communiquer, à changer, ils se répètent, se perdent dans leur propos, ils font semblant de ne rien faire. Du vide naît du chaos. Un accidentsurvient : un cadre (de nature morte revivifié par la menthe) tombe, c'est l'acmé du spéctacle, à cause d'une rallonge électrique le décor va être mis en pièce, les cascades, glissades vont s'enchaîner, tous leurs faits et gestes deviennent hilarants, et tels des dadaîstes ils détruisent tout ce qui existait physiquement jusque là. Puis, ils nous offrent la possibilité d'aller de l'autre côté du décor au sens littéral, le public va se déplacer et c'est un autre tableau qui nous est dévoilé. Ils brisent l'illusion du théâtre, écartent les apparences, et nous livrent un vrai moment d'art vivant.

« OnomatopĂ©e » est ce pari rĂ©ussi de la collaboration entre cinq comĂ©diens de diffĂ©rentes compagnies flamandes et nĂ©erlandaises. Qu’ils fassent partie de tg STAN, De KŒ, Dood Paard, ou encore de Maatschappij Discordia, ces acteurs partagent un appĂ©tit de jeu que rien ne semble entamer, une libertĂ© assumĂ©e dans le rapport aux textes, et un zeste d’effronterie. Ils ont aussi en commun l’envie de faire du théâtre un lieu oĂą les conventions sont renversĂ©es et oĂą le jeu, toujours tonique et percutant, permet de servir l’adresse directe au spectateur afin de l’intĂ©grer pleinement Ă  la reprĂ©sentation. Tellement intĂ©grer qu'ils feront circuler un bouquet de menthe dans les mains des spectateurs qui Ă  leur tour deviennent acteur ! On repart avec en mĂ©moire sensorielle, l'odeur, le parfum d'orient, les bruits d'animaux forestiers et ruraux, le chaos visuel, la performance « onomatĂ©iste » de l'un des comĂ©diens qui raconte, qui parle parfois plus que les mots !
Mis à jour le 05/12/2015
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE