• Il est trois heures du matin, Franck bougon termine de ranger le bar et 
s'apprĂŞte Ă  fermer l'Ă©tablissement, quand surgit une jeune fille. C'est 
vrai il pleut très fort dehors et il tonne même. Mais bon il est trois 
heures du matin !!
  • Un an après leur rupture, Alice dĂ©barque Ă  trois heures du matin, chez Hugo !! Elle qui croyait Ă  l’amour Ă©ternel, pur, absolu, lui plus terre Ă  terre, rĂ©aliste, peut-ĂŞtre moins envie de « s’installer ».
  • Encore ! Allez-vous me crier dans les oreilles. Ben oui, encore, mais lĂ  c’est un misanthrope pas commun. D’abord cela se passe de nos jours. Ils ont tous des tĂ©lĂ©phones portables. Rien ne choque, tout est plausible. VoilĂ  l’extraordinaire talent de Molière.
  • Et nous voilĂ  embarquĂ©s dans une sĂ©rie d'Ă©vènements avec les spectateurs comme principaux
  • HystĂ©ries est une sĂ©rie de saynètes sur la rupture, l’amour, la trahison et mĂŞme le meurtre .


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Jean Teulé, dans son petit récit, a exhumé un fait divers d'une rare violence.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 05/07/2014
au 27/07/2014

12h10.
Actuel Théâtre
80, rue Guillaume Puy
84000 AVIGNON
Réservations :
04 90 82 04 02
Site Internet
Jean Teulé, dans son petit récit, a exhumé un fait divers d'une rare violence. En 1870, dans une bourgade française, un homme, Alain de Moneys, a été lapidé, mutilé, brûlé, en proie à une barbarie pourtant inimaginable quelques heures avant, quand il est arrivé à la foire annuelle d'une commune voisine de son village. Un malentendu, une phrase à l'emporte pièce, un rien, a ainsi fait basculer des gens assis sur leurs valeurs fatiguées dans la folie expiatoire la plus noire, la plus assassine.

Mangez-le si vous voulez raconte cette lente descente aux enfers, avec Jean-Christophe DollĂ© Ă©tincelant de vĂ©ritĂ© – une vĂ©ritĂ© crue sur la brutalitĂ© et l'infamie – dans une mise en scène qu'il a cosignĂ©e avec Clotilde Morgiève, elle-mĂŞme sur scène. Et c'est prĂ©cisĂ©ment cet art de rendre ce texte théâtral qui donne ses lettres de noblesse au travail, musicalement si pertinent, dans une atmosphère Ă©lectrorock qui sent le pop corn. Le cynisme de TeulĂ© se marie si bien avec le dispositif, tour Ă  tour grave et lĂ©ger, entre une mĂ©nagère kitsch et un "Je t'aime" Ă©crit en lettres de lumière. CouronnĂ© par Les Molières, Mangez-le si vous voulez est une prouesse dans tous les sens.
Mis à jour le 30/07/2014
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE