• Qui a eu cette idée folle un jour d'inventer l’école ?
  • Férue de mathématiques, elle fait rêver tous les cancres, car ces mathématiques-là, on les aborde avec joie.
  • Un des chefs d’œuvre du Grand Will : Othello. Ce défi, l’équipe de Jean-Luc Jeener l’a relevé.
  • Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



de Didier Porte
Mise en scène de Jérémy Manesse
Avec Didier Porte

Et ceux qui s'en aperçoivent sont beaucoup moins malheureux. Car Didier Porte change l'eau tiède en bourgogne, il allonge la retraite en ressuscitant les morts, il multiplie les gros pains contre les méchants.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 06/09/2010
au 20/12/2010

Les 1er et 3e lundi du mois à 19h..
Café de la Gare
41, rue du Temple
75004 PARIS
Métro Hôtel de Ville
Réservations :
01 42 78 52 51
Didier Porte est l'un des plus grands humoristes français actuels. Ce qui a ouvert une grave fracture sociale.

Il y a ceux qui savent que Didier Porte est le plus grand humoriste français actuel.

Il y a ceux qui ne savent pas encore que Didier Porte est le plus grand humoriste du monde.

Il y a ceux qui trouvent insupportable que Didier Porte soit le plus grand humoriste de tous les temps.

Ce n'est pas moi qui exagère, c'est lui qui se trouve insupportable. C'est écrit noir sur blanc dans son dernier livre, Insupportable, où il dresse la liste méticuleuse de ses fautes des dix dernières années contre tous les Grands de ce monde de dirigeants si dévoués, si justes et si intègres.

Hélas, ce livre est si bien écrit et souvent si drôle que l'on peut douter de la sincérité de son repentir. Va-t-il changer ? Le veut-il ? Se rend-t-il compte vraiment compte du mal qu'il fait à notre gouvernement et à tous ses médias, eux tous qui déploient tant d'efforts pour que notre bien devienne le leur ?

Un autre représentant de cette catégorie qui trouve Didier Porte insupportable, c'était, ce soir-là, un petit bonhomme de l'extrême-droite, avec des Ray Ban®, une Rolex®, des talonnettes® et un chouchou® à la boutonnière. Chaque fois que le public s'étranglait de rire, il s'étranglait de rage.

Comme nous riions à peu près 80 fois par minute, au rythme du battement cardiaque cosmique qu'impulse Didier Porte avec une maestria redoutable, cela provoquait de colériques frénésies agitées chez l'homme d'extrême-droite. Qui en fit un malaise vagal. De type infarctus. Heureusement, le médecin de garde de la Gare, lui aussi au Café, le fit évacuer très rapidement vers un hôpital hongrois où il devrait bientôt arriver ; espérons pour lui que la xénophobie croissante de ce pays ne le prenne pas pour le roi des Roms.

Dites, vous, les gens, franchement, n'est-ce pas insupportable de constater que, comme il l'annonce sur ses affiches subversives et transgressives, Didier Porte, le plus grand humoriste de l'Univers, fait rire les masses, même cardiaques ? même sympathiques et parasympathiques de l'Europe de l'Est ?

Belle lectrice intelligente, souriante, attentive, caressante et chanteuse, dont la voix me berce en cette lascivité orientale qui peut cacher des bombes alerte rouge, tu me diras : Sur quoi te bases-tu, brillant critique de mon cœur en peine de présence masculine, pour affirmer que Didou est si chou ?

Bellissima, c'est très simple. Comme tous les grands humoristes depuis Aristophane, en passant par Rabelais, Cervantès, Shakespeare, Molière, Voltaire, Jarry, Allais, Kafka, les Marx Brothers, Queneau, Reiser, Bedos, Wolinski, les Monty Python... l'iconoclaste penseur humoriste Didier Porte aime les gens mais pas ce qui les écrase. Et il aime la langue et ses truculences.

Didier Porte observe, analyse, compare, appose, oppose, construit. Son propos est dense car il est nourri d'une réelle réflexion sociale et politique, philosophique et morale. Quand les bases de humour sont solides et argumentées, nous rions de notre peur à découvrir tous les couteaux cachés des méchants souriants.

Ainsi, Didier Porte s'adresse davantage à l'intelligence qu'au trou du cul. Ainsi, il n'est pas de ceux, si médiocres et si nombreux, qui ont besoin, par exemple, de ne parler que sous la ceinture ou de remplir un stade d'imaginaires femmes à poil qui pètent et de courir baiser les mules du pape pour nous faire rire.

Le lecteur attentif et ma belle lectrice savent maintenant que Didier Porte joue avec les mots aussi pour mieux nous en dévoiler les possibles manipulations, tout en aimant ces fracas railleurs et savoureux de notre belle langue gauloise, assez peu pratiquée en Hongrie, c'est bien dommage. Car la langue gauloise ne lèche pas les César. Elle montre qu'ils sont nus. Dis-nous, lecteur vif et gaulois (d'esprit, cela nous suffit), quand Jules est nu, n'est-ce là l'appel à plumes et goudron à la pelle ?

Comme tous les grands rieurs qui nous délivrent de nos peurs en même temps qu'ils nous en révèlent les causes sordides, Didier Porte est couillu. Il ne fait pas rire grassement aux dépens de sa femme dans une salle de bain, comme tel lourdingue carnassier au sourire mièvre, par exemple, mais il crible de sa verve affairistes, libéralistes, ministristes, présidentistes, etcistes. Didier Porte connaît le pouvoir de la plume trempée dans le goudron.

Il prend des risques réels, car en ridiculisant ces tigristes, pas toujours en papier, il vient de le payer fort cher. Tous les détails effrayants, avec des cow-boys, des shérifs, des traîtres et des belles filles trop mal aimées mais top chanteuses, sont dans son dernier livre. Horrible.

C'est simple, Didier Porte est dur avec les méchants puissants et tendre avec les faibles qu'ils font souffrir. C'est exactement le contraire de ce que font les journaleux poisseux – bon truc pour les identifier très rapidement.

La mise en scène toute simple de son propos, l'absence de décor lourd (une table, deux chaises, c'est tout), l'absence d'effets spéciaux lasers, fumées et autres chars d'assaut de la pensée à chenilles, mette d'emblée Didier Porte avec nous, familier, copain. Ce n'est pas un spectacle en trompettes, c'est un homme qui vient, qui nous parle, nous captive. On regrette seulement de ne pas avoir apporté une bonne bouteille avec modération, on s'installerait volontiers avec lui à la table pour rigoler en trinquant.

Débarrassé de tous ces falbalas, qui ne sont souvent que les cache-misère de la pensée formatée, l'esprit de Didier Porte n'en crépite que crescendo. Sa mitraillette spirituelle rase ces étouffantes et lourdes idéologies politiques et médiatiques, ce perpétuel ronronnement flou, populiste, vaseux, menteur et visqueux, que déversent télés, radios et journaux dominants qui ne cessent de nous promener pour nous endormir. On sait les exceptions à ces marchands d'armes de presse.

Car les résistances s'organisent devant les dégâts croissants de ce cupide "Capitalisme du désastre" (Naomi Klein, auteur d'une intelligence fulgurante). Didier Porte est des nôtres, il a porté son coup comme les autres. Il nous fait rire et réfléchir. Bon Dieu ! Il effectue un bon décrassage des neurones, et pendant quelques jours, ça change la vie ! Quel plaisir d'avoir l'esprit clair et malin, je crois que j'y retournerais bien souvent. Il nous faudrait quelques milliers de Didier Porte pour porter les quelque millions d'endormis et garés égarés qui ne comprennent plus rien à ce qui leur arrive et creusent chaque jour leur douleur. Hélas, il n'y a qu'un Didier Porte. Mais heureusement, il se multiplie, au Café de la Gare à Paris et dans tous ces délicieux rendez-vous de France, où les gens aiment les gens.

C'est pas pour dire, mais Didier Porte, moi j'aime bien.
Mis à jour le 04/10/2010
NOTEZ-LE
Vidéos. Des vidéos d'hier et d'aujourd'hui [site]+porte&hl=fr&tbs=vid:1&source=lnms&ei=6qqoTJHNN5SP4gaz5MWmDA&sa=X&oi=mode_link&ct=mode&ved=0CBgQ_AU&prmdo=1 ; la chronique du lundi, en accès gratuit [site] ; la chronique du jeudi, accès payant [site] .
Bibliographie. Insupportable ! Chronique d’un licenciement bien mérité. Titre de la postface de Raoul Vaneigem : "Il n'a ni bon ni mauvais usage de la liberté d'expression, il n'en existe qu'un usage insuffisant." Livre de 254 pages / 14,90€.
Tournée. En tournée à Paris et partout en France. Toutes les dates ici : [site]
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE