• Trente-neuf ans de règne : plus que la prĂ©sence au pouvoir de tous les prĂ©sidents de la Ve RĂ©publique ...
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 21/11/2008
au 22/11/2008

20h30.
Tache d'encre
1 rue Tarasque
84000 AVIGNON
Tarif : 13€ / 7€
Réservations :
04 90 85 97 13
Le Stabat Mater Furiosa de Jean-Pierre Siméon (écrit en 1997 au Liban) est un réquisitoire contre "l'homme de guerre". Son personnage, une femme, s’adresse directement à cet homme et l’accable de toutes les horreurs dont il est responsable ; elle se fait le bourreau de sa haine comme il fut le bourreau de sa vie. Elle veut qu’enfin cesse le discours des effets et des causes. D’où la radicalité du propos : "je suis celle qui ne veut plus comprendre car comprendre, c’est déjà accepter". Mais cet homme de guerre n’est pas une confortable figure virtuelle, c’est le spectateur lui-même qui est pris à partie. Jean-Pierre Siméon est clair : "Il ne peut y avoir d’équivoque : l’adresse est clairement aux spectateurs à qui la comédienne fait face. La dureté de l’invective ne peut être une objection : il n’y a là nulle injustice, chacun étant, un jour ou l’autre, par action, par pensée ou par omission, le Dieu de la Guerre".

La mise en scène situe cette femme, Ă  la fois mère, fille et sœur, dans une chambre ou une cellule. Elle ne sait pas qu’on la regarde mais elle sent qu’on l’écoute, qu’un public l’observe. Elle est aveugle ; c’est sa mĂ©moire qui tĂ©moigne, pas son regard. Le dĂ©cor est nu comme une cellule ; le costume simple et clair, comme un dernier rempart contre l’indignitĂ© ; la musique parcimonieuse. La lumière souligne l’origine mĂ©diterranĂ©enne du personnage, plongeant le spectateur dans une ambiance bleu nuit, celle des incantations. Du dĂ©but Ă  la fin du spectacle, la comĂ©dienne use d’une Ă©tole, tantĂ´t comme d’un vĂŞtement, tantĂ´t comme d’un accessoire onirique : drap, nappe, ailes d’oiseau... La scĂ©nographie dĂ©coupe le texte en huit tableaux d’environ huit minutes, reprĂ©sentant les moments Ă©voquĂ©s par le personnage. En reprĂ©sentant le monologue de Jean-Pierre SimĂ©on, Stabat Mater Furiosa, pendant le Festival d’Avignon 2008, Sandrine Gauthier entend tout Ă  la fois donner corps Ă  un texte engagĂ© et relever le dĂ©fi d’un monologue exigeant.


Ce spectacle n'a pas encore été chroniqué
par la rédaction de La Theatrotheque.com.

Mis à jour le 18/11/2008
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE