ET AUSSI
• Est-ce assez dit. Les dons aux oeuvres
• Festival. Avignon 2017 au Théâtre des Halles
• En vidéo. Le jukebox du théâtre
• Texte. Découvrez la pièce GC Adénine - Cytosine

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites

A lire Jacques Rouché, l'homme qui sauva l'Opéra de Paris
Un superbe album d'images, de Dominique Garban, aux éditions Somogy / Editions d'Art. Sur papier glacé. Un vrai régal, un vrai plaisir pour tout amateur d'opéra et de théâtre, qui lève le voile sur une personnalité hors du commun. Un must !

GROS PLAN
Affiche du spectacle
© X,dr
Jacques Rouché (1862-1957) reste un cas à part dans l'histoire industrielle de la France et de l'Opéra de Paris dont il fut le directeur pendant plus de trente ans, de 1913 à 1945. L'homme était, osons le mot, béni des Dieux. Haut fonctionnaire, homme d'entreprise, vrai gestionnaire au sens inné des affaires très pointu, mécène, mondain, écrivain à ses heures, éditeur, amis des artistes toutes disciplines confondues, homme de théâtre complet car se passionnant pour tout : mise en scène, décors, costumes, éclairages, cinéma, danse... Le gotha artistique et intellectuel était, de plus, régulièrement invité à ses brillantes soirées données dans son Hôtel particulier de la rue de Prony. Il est vrai que son mariage avec une riche héritière le mettait pour longtemps à l'abri du besoin. Ce qui ne l'empêcha nullement, en vrai visionnaire, de reprendre l'entreprise de sa belle-famille, de se lancer dans l'industrie cosmétique (les parfums L-T Piver c'était lui !), et, s'entourant des meilleurs spécialistes de l'époque, de devenir sans doute l'homme d'affaires le plus moderne, le plus original, mais aussi le plus riche de son époque. Une telle fortune ne pouvait somnoler en banque. Il l'a mis donc au service de l'Art... et du rayonnement culturel français.

En 1913, il prend la direction du Palais Garnier, entreprise à l'époque presque privée, largement déficitaire (déjà !) aux subventions d'Etat quasi nulles. C'est donc avec ses deniers personnels que Jacques Rouché va financer en grande partie les quelques 160 spectacles qu'il montera. Un record de longévité dans le mécénat ! Un politique, sans rire, affirma même que "Jacques Rouché subventionne l'Etat pour avoir l'honneur de diriger l'Opéra". Un million de francs de l'époque par an, ce n'est quand même pas rien.

Le livre original de Dominique Garban peut se lire d'un traite ou à doses homéopathiques. Tel ou tel lecteur plus passionné de chant que de danse, de théâtre, ou peinture que de musique trouvera chaussure à son pied car l'ouvrage, divisé en cinq gros segments, permet à chacun de retrouver tel visage connu, de Cocteau à Lifar, de Germaine Lubin à Georges Thill, d'Honneger à Poulenc en passant par Furtwängler... Si l'époque noire de la guerre est rapidement et sobrement traitée – dans la belle chronologie en fin d'ouvrage –, on aurait aimé quand même en savoir plus sur ses relations avec l'occupant nazi. Bayreuthien de toujours, grand ami de Richard Strauss, on ne lui pardonnera pas à la libération son voyage – fin 1941 – à Vienne, pour fêter le cent cinquantième anniversaire de la mort de Mozart... Comme aussi l'invitation (vraiment forcée !?) de l'Opéra de Berlin en mai de la même année avec en tête un Karajan plus teuton que nature... Ne pouvait-il aussi s'insurger contre la nomination d'Abel Bonnard (vrai collaborateur des grandes heures de Vichy) à ses côtés ? Les deux vont donner à Serge Lifar (pas très blanc-bleu lui aussi, le ténor Georges Thill nous ayant assuré que c'est Lifar lui-même qui a fait visiter l'Opéra de Paris à Hitler !) ses plus grands succès...


Publié le 30/06/2007
LES RÉFÉRENCES
Jacques Rouché, l'homme qui sauva l'Opéra de Paris de Dominique Garban. Date de parution : juin 2007. ISBN : 9-7827-5720-0971. Editeur : Somogy - Editions d'Art. Dimensions : 25X28 cm. Poids : 1620 g.

Article publié avec l'aimable autorisation de Anaclase.com.
DANS LA MÊME RUBRIQUE
 
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur cet article


Publicité
PUBLICITE
PARTENARIAT