• Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?
  • Créé en 2014 au festival d’Avignon, ce spectacle met en scène quatre personnages au mal de vivre plus ou moins marqué.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Loin des contes de fées et des mondes idéalisés, Océane, Kévin, Géraldine et les autres nous parlent des complexes autour desquels ils ont organisé leur quotidien. Un spectacle qui nous emmène avec humour et émotion dans l’univers doux-amer de l’enfance.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 03/09/2006
au 23/12/2006

Dimanche à 18h, lundi et jeudi à 21h.
La Petite Loge
2 rue La Bruyère
75009 PARIS
Métro Saint-Georges
Tarif : 12 € / 8 €
Réservations :
01 42 82 13 13
Sur l'affiche de la pièce, les masques des protagonistes de ces Contes de la petite fille moche intriguent avant tout : des histoires pour rire ou pour pleurer ? Une pièce pour les enfants ou pour les adultes ? En fait, il y a tout à la fois dans ce spectacle qui fait la part belle à la parole de l'enfant. Sur la scène intimiste de La Loge Théâtre (mais aussi depuis le 11 novembre au théâtre Les Déchargeurs), Océane, la petite fille moche, raconte son quotidien, le regard de ses parents sur sa "laideur", celui de ses camarades à l'école, son propre regard aussi, le plus cruel certainement, et puis l'espoir, cette énergie optimiste des enfants du "quand je serai grand", puisque les contes finissent toujours bien dans les livres. Et puis, se succèdent d'autres copains de la petite fille, qui ne sont pas moches mais dont la vie n'est pas simple non plus : Géraldine et ses lunettes, Lucas qui adorent les pistolets en plastique et ennuie sa peste de petite sœur, Kévin, bouleversant lorsqu'il raconte le chômage de son père qui a brisé sa famille, Kelly, sa sœur qui est nulle à l'école, Timothée dont on se moque parce qu'il ressemble à une fille, Aina la petite malgache adoptée qui ne comprend pas pourquoi en France, on ne trouve que des pansements faits pour les "blancs".

Le défi était de rendre crédibles ces filles et ces garçons interprétés par un seul comédien - avec de la barbe qui plus est, comme l'un des jeunes spectateurs n'a pas manqué de le faire remarquer. Et bien, c'est réussi. Très réussi. Bel équilibre entre la comédie et un propos plus grave, sur les difficultés de la vie avec un thème au centre du spectacle : comment vivre la "différence" et le regard des autres. C'est un spectacle "rigolo" comme disent les jeunes spectateurs, avec des masques parfaitement pensés, pour coller au plus près à la psychologie des personnages. La gestuelle et le phrasé du comédien Julien Daillère, soigneusement composés avec Rémy Cortesi, psychothérapeute auprès d'enfants, également metteur en scène, et les intermèdes sonores illustrant le monde des adultes, rendent incroyablement réalistes ces sept portraits, ces petits héros attachants qui touchent, avec une liberté de parole déconcertante le cœur des enfants comme des adultes. Chacun se retrouve d'une certaine façon, aujourd'hui ou hier, dans cette petite fille moche et ses copains. Ils révèlent les maux de l'enfance sur lesquels on peine si souvent à mettre des mots. Les grands seront émus aussi, fascinés certainement, et devineront un peu quels adultes Océane, Géraldine et cie deviendront un jour.

Un spectacle à voir avec les enfants, pour se divertir d'abord et pour amorcer le dialogue ensuite peut-être, sur des sujets dont les grands n'osent pas parler. Un spectacle à voir entre adultes, pour rire aux larmes de ces récits qui ramènent chacun à sa propre enfance, et pour goûter à nouveau la fraîcheur de cet univers enfantin dont la sincérité s'échappe au fur et à mesure des années qui passent.
Mis à jour le 25/11/2006
NOTEZ-LE
A voir. Du 3 septembre au 23 décembre 2006 : La Loge Théâtre, 2 rue La Bruyère, Paris 9e (Rés. 01 77 11 74 01), dimanche 18h, lundi et jeudi 21h (Tarif plein 12 euros / Tarif réduit 8 euros) ;
Les Déchargeurs, 3 rue des Déchargeurs, Paris 1er (Rés. 0892 70 12 28, 0,34 €/min), dès le 11 novembre : mercredi et samedi à 15h (Tarif plein 9,5 euros / Tarif réduit 7,5 euros) ;
Reprise 2007 au théâtre Les Déchargeurs à partir du 10 janvier 2007. Adultes : samedi à 18h / Familles : mercredi et samedi à 14h + représentations scolaires + tous les jours en vacances scolaires (Tarif plein 9,5 euros / Tarif réduit 7,5 euros).
A noter, la façon originale de communiquer autour du spectacle et d'aller encore plus loin dans la rencontre, dans l'échange avec le public qui sous-tend la démarche de Julien Daillère et Rémy Cortesi : un blog écrit par Océane où elle publie les réactions que les enfants et les adultes ont écrit à la fin de la représentation.
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE