• Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Liaison fatale

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 07/11/2006
au 26/11/2006

Du mardi au samedi à 20h, dimanche à 16h.
Les Célestins
4 rue Charles-Dullin
69002 LYON
Métro Bellecour
Réservations :
04 72 77 40 00
Site Internet
Le scénario semble a priori assez classique : Un homme, Frank (Didier Sandre), père de famille, apparemment heureux avec sa femme, Claudia (Marie Bunel) et son fils, Andi (Sébastien Accart), voit débarquer un soir chez lui Romy (Afra Val d’Or), "la femme d’avant", un amour de jeunesse qu’il semble avoir complètement oublié. Elle vient lui rappeler sa promesse, prononcée vingt-huit ans auparavant, de l’aimer toujours. "Histoire d’amour ?", direz-vous alors. Pas vraiment. Certes, l’intruse risque de bousculer le quotidien du couple rangé, peut-être même de susciter en Frank le jaillissement d’émotions passées. On serait alors proche du scénario de nombreuses œuvres centrées sur le thème de l’amour de jeunesse (on pense notamment au dernier film de Téchiné, Les Temps qui changent, où Depardieu essaie de reconquérir Deneuve, son amour d’il y a trente ans). Cependant, Romy n’est pas une héroïne tendre et rêveuse ; bien au contraire, c’est plutôt la Glenn Close de Liaison fatale qui surgit sur scène.

"Thriller, alors ?", rétorquerez-vous. Et vous n’aurez pas tort. La Femme d’avant est sans aucun doute plus proche du thriller psychologique que de la comédie sentimentale. C’est d’ailleurs ce qui fait l’originalité de la pièce et ce qui maintient l’attention du spectateur. Car, très vite, le texte apparaît extrêmement sobre, presque pauvre ; d’autant qu’il est récité sans grande conviction par les comédiens. L’histoire de cette femme, de cette folle, qui semble avoir rêvé son histoire d’amour passée, n’apparaît pas crédible. On ne peut croire qu’elle arrive à ses fins. Le manque de naturel de la situation empêche le spectateur d’entrer pleinement dans la fiction. Tout son intérêt réside donc dans l’atmosphère qu’il instaure : il crée un sentiment d’étrangeté, de malaise. Bientôt, la question n’est plus de savoir si Frank succombera à Romy ; mais, le vrai suspense se constitue autour des intentions de cette "femme fatale".

Claudia Stavisky, la directrice du théâtre des Célestins, accentue ce suspense par une mise en scène assurément efficace. Utilisant la technique cinématographique du carton, elle reconstruit l’histoire d’une nuit dans la vie des protagonistes à la manière d’un puzzle. Le cœur des séquences ne se dévoile ainsi qu’après qu’on en a vu le début et la fin. Inspirée du cinéma, cette méthode de narration à la Pulp fiction fonctionne à merveille sur la scène. Elle est, en outre, relayée par un autre effet intéressant : le changement de point de vue. Grâce à un jeu de panneaux coulissants, une même scène est parfois rejouée sous un autre angle. On croit ainsi véritablement être au cinéma et découvrir les prises de vue de caméras placées aux quatre coins du plateau. Visuellement très réussie, cette scénographie ne peut laisser indifférent. C’est incontestablement le point fort de La Femme d’avant, la raison pour laquelle il faut voir la pièce.
Mis à jour le 10/11/2006
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE