• Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




«Il s’agit de raconter des choses d’aujourd’hui, avec des gens d’aujourd’hui qui parlent avec du langage d’aujourd’hui, […] raconter des nécessités d’aujourd’hui, à travers nos mots d’aujourd’hui, avec des acteurs auxquels on pourrait s’identifier». Jean-Christophe Meurisse

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© DR
Du 10/01/2018
au 13/01/2018

20h.
Théâtre Sorano
35 allées Jules Guesdes
31000 TOULOUSE
Métro Carmes ou Palais de Justice (ligne B)
Réservations :
05 34 31 67 16
Site Internet
Ce spectacle incarne la précision de l’imaginaire, un terrain vague, où tout peut être dit. Cette mise en scène intuitive, transforme la réalité. Sans jugement, mais avec drôlerie et férocité, elle expose les maladresses de notre société, les difficultés de notre quotidien pour renvoyer une image de nous-même, sur un ton de tendresse malgré la violence des mots. Par un rire de résistance, selon Jean- Christophe Meurisse, on ne peut pas rire de ce que l’on voit, mais nous allons rire quand même.
Évoquer, par des jeux splendides, la tristesse et la révolte de notre monde, l’urgence devant certains situations catastrophiques que certains vivent, la nécessité de réagir, par le rire, rend cette pièce de théâtre prodigieuse. Des conflits éclatent pour des notions d’identités, des difficultés naissent à cause de l’autre, cette crise identitaire renie le multiculturalisme où un débat de haine et de violence sur les différences identitaires ne prend pas en considération l’apport de chaque individu dans une société. A travers la non prise en compte des métamorphoses de notre univers, ce spectacle, d’une écriture remarquable, nous interroge par un voyage au présent, au passé et au futur. Construire notre identité française, exposer notre actualité, de nombreuses scènes, de nombreuses phrases, de nombreux mots nous amènent parfois à un rire inhumain. Interroger, questionner, pour dénoncer de manière à psychanalyser, en quelques sortes, la France grâce notamment à des figures passées qui ont construit le pays. Croiser l’histoire avec ce que nous vivons, pour toucher nos consciences sur un ton, d’humour hilarant met un œuvre une prouesse artistique gigantesque. Un tapis vert d’herbes, une pluie torrentielle, des bagarres diluviennes, des échanges monstrueux, des personnages effrayants et touchants, c’est toute notre société, réelle ou imaginaire, qui est représentée. La proximité avec le public, les liens avec les personnes, provoquent une facette décalée du théâtre de manière à attirer un peu plus l’attention du public mis à l’épreuve. L’orchestration entre les divers acteurs et actrices, le son entraînant et la lumière éblouissant la scène, nous amène dans un univers particulier. Nous, ensemble, nous regardons nos vies, nous regardons nos préjugés avec une joie malaisante de bonne humeur. Ces « bouffons » amusent aussi bien qu’ils atterrent pour faire une thérapie collective.
Décomplexés, libérés, sans tabou, les jeu de mots s’enchaînent, les rôles se succèdent, les morceaux se suivent tels un tableau réaliste exposé devant nos yeux. Sauver les migrants perdus sur un bateau, subir des jets d’eau, fermer les yeux dans une fumée épaisse, le public est invité à tirer la corde, celle de la sonnette d’alarme de notre identité, celle du vivre ensemble. L’horreur laisse place à la folie des grandeurs, au bonheur des spectateurs, où le drapeau tricolore est brandit plus d’une fois, sali parfois, où le racisme ordinaire, l’homophobie quotidienne, provoquent de vives discussions. La politique est elle aussi pointée du doigts à travers le Parti Socialiste et Emmanuel Macron. Des surprises historiques, des rebondissements inattendus, le générale de Gaule, Obélix, Marie Antoinette, Jeanne d’arc, tant de personnages sont présents pour nous faire rire sur tous les sujets. Naïvement, nous voyageons à travers le temps en créant une symbiose avec notre présent. Absurde, audacieux, joyeux, troublant, les Chiens de Navarre jouent avec nos émotions en faisant un miroir sur ce que nous sommes et sur autrui. Un véritable show, cette pièce de théâtre souligne notre époque en nous amenant dans un réel crépusculaire cachant une agressivité rédhibitoire. Par des remarques indécentes, par des sentiments insolents, il s’agit d’une merveilleux dose de bonne humeur enveloppant un fond beaucoup plus douloureux. N’épargnant personnes, nous sommes condamnés à subir cet art somptueux sans complexe.

Les clichés racistes, le naturisme, les administrations, les confusions, nombres d’éléments mettent en œuvre une interface entre les générations et les inconnus se tenant la main dès la première scène comme pour stopper les mauvaises paroles, les stigmatisations, pour réconcilier la société avec elle-même. Cette atmosphère identitaire nous renvoie également à notre liberté, au métissage, aux différences qui font notre pays, notre identité française, à nos colères et à notre bouffonnerie pour noter notre communauté.

De l’ironie à l’humour noir, nous ne voyons plus d’interprétation simplement des personnes qui échangent, qui discutent sur tout et surtout n’importe quoi. Une assemblée de vérités est émise à travers des fonds musicaux reposant nos consciences. L’enchaînement de sketchs, l’improvisation, la complicité des acteurs et des actrices, emballent la scène d’une originalité où nos maux sont énoncés pour déranger, pour extérioriser nos angoisses et nos névroses collectives ainsi que pour remettre en mouvement notre réflexion et nos idées.
Cette intelligence de la mise en scène, du scénario fou, accueille le public, le transportant avec lui, là où elle souhaite. Notre identité se construit grâce aux autres. Notre société française rassemble tant de personnes issues de tous les horizons. Un risque est pris celui de donner de la joie, celui d’interroger, mais surtout celui de passer en moment avec eux. Un moment si rapide…mais quel moment ! Quelle pièce ! Quel talent ! Quel travail ! Je n’ai plus de mots : merci.


Ce spectacle n'a pas encore été chroniqué
par la rédaction de La Theatrotheque.com.

Mis à jour le 14/01/2018
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE