• 1914. Eugène, aussi beau qu’insolent, part pour le front comme engagé volontaire. Un excellent moment.
  • Après Le Balcon et Les Bonnes, La Comédie-Française donne Haute-Surveillance de Jean Genet. C’est un diamant noir qui s’offre au public et qui mériterait une captation.
  • La dernière rencontre de Titus et de Bérénice vue par Robert Brasillach
  • Anémone joue son Boulevard du Crépuscule. Abordée sans détour,  la Maladie d’Alzheimer.  Beaucoup de nostalgie. Le rire en plus.
  • Un huis-clos romantique, teinté de poésie. La raison dérive et pourtant les acteurs sont bien là, en chair et en os.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




L’alexandrin de Racine reste sans doute le plus beau, le plus fragile, le plus cristallin, le plus épuré, le plus simple aussi.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 28/02/2017
au 11/03/2017

20h30, sauf dimanche à 16h (relâche lundi).
Théâtre du Pavé
34 rue Maran
31400 TOULOUSE
Métro ligne B
Tarif : 18
Réservations :
05 62 26 43 66
Site Internet
Extrait de la préface de Jean Racine pour Bérénice : Ce n’est point une nécessité qu’il y ait du sang et des morts dans une tragédie ; il suffit que l’action en soit grande et que tout s’y ressente de cette tristesse majestueuse qui fait tout le plaisir de la tragédie. Il y avait longtemps que je voulais essayer si je pourrais faire une tragédie avec cette simplicité d’action qui a été si fort du goût des anciens. Car c’est un des premiers préceptes qu’ils nous ont laissés : "Que ce que vous ferez, dit Horace, soit toujours simple et ne soit qu’un".

"Que ce que vous ferez soit toujours simple et ne soit qu’un."

L’alexandrin de Racine reste sans doute le plus beau, le plus fragile, le plus cristallin, le plus épuré, le plus simple aussi. Une partition à une voix donc, celle de Racine, pour six personnages en quête d’acteur.

S’effacer derrière le long poème, en montrer les articulations, les mouvements, les axes. Dire et dire encore le vers dans sa structure, sa forme, sa sonorité et c’est tout. Presque tout. Se laisser gagner peut-être, sans doute, parfois, par ce que ça raconte, mais garder si l’on peut la distance, l’élégance. Evoquer, narrer, respecter, partager avec l’auditeur, le spectateur, le confident, l’ami.

Francis Azéma


Ce spectacle n'a pas encore été chroniqué
par la rédaction de La Theatrotheque.com.

Mis à jour le 23/02/2017
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE