• Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Singspiele ou opéra comique allemand au pluriel ! C'est une petite forme légère, itinérante et populaire, le Singspiel fut créé pour se démarquer de l’art de la cour. Ici le spectacle se démarque de l'odinaire.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 08/12/2015
au 12/12/2015

Théâtre Garonne
1, avenue du Château d'eau
31300 TOULOUSE
Réservations :
05 62 48 54 77
Site Internet
David Mambouch, tout en détails et finesse, se change en de multiples corps aux visages de papier, inspiré par un fragment des Principes de l’épreuve de Robert Antelme. À l’aveugle, muet, il nous fait le récit de femmes et d’hommes connus ou anonymes, et dans un moindre mouvement incarne toute leur noblesse. Une forme minimale, qui par le rythme de ce corps danseur, acteur ou peintre, interroge notre regard premier sur autrui, sur des vies aperçues, des visages, que Jean-Luc Nancy nomme les lieux « d’avant ou d’après la parole ». Ces dons de soi qui captent chez l’autre une attention immédiate.

« Travail d'écoute de ce que précisément ou confusément ces visages nous disent de leur corps absents, l'histoire particulière que ces visages muets portent, et qui nous échappera toujours. »

Un mur de fond et trois porte-manteaux où sont suspendus des habits d'hommes et de femmes, et trois cubes blancs d'où sortiront quelques accessoires. Mambouch fait défiler des portraits en noir et blanc devant sont visages, ces identités physiques apparaissent alors comme une sorte de masque . Les visages tels les pages que l'on tourne d'un calendrier passent, nous assistons à un effeuillement des figures. Le visage nous détermine au regard de l'Autre. Cette manière d’incarner tous les milieux sociaux, les sexes, les époques et les peuples en même temps est une image clé de notre temps, à l’ère de la « mondialisation » et des identités virtuelles.  Tel un papillon, le comédien ne cesse de se métamorphoser, par les photos devant son visage mais aussi par ses tenues vestimentaires qui nous font voyager : chemise, pantalon, robe, tenue asiatique, gants, talons, toge etc. Il se réincarne constamment, son identité est mouvante, le cycle éternel de renouvellement de visage, de figure, de corps, est en route. Mais il pose la question de l'éparpillement du moi, de la fragmentation de l'être, et de sa position face au regard d'autrui, puisqu'il nous fait exister.

« La manière dont se présente l’Autre, dépassant l’idée de l’Autre en moi, nous l’appelons, en effet, visage »

Avec une simplicité apparente et radicale, une écoute sensible de l’invisible d’un individu singulier et de son mystère irréductible, ce solo donne à chaque autre, anonymes ou déjà-vus, rythme, souffle et poids, le temps d’un suspens. C'est une invitation au passage du singulier à l'universel, de l'unique au pluriel, de l'homme à l'humanité. La virtuosité du geste de David Mambouch accompagnée d'une musique, de sons, discrets mais vivant est remarquable. Lorsqu'à deux reprises il nous offre son vrai visage, nous comprenons qu'il ne s'agit que d'un autre masque...
Mis à jour le 20/12/2015
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE