• Un conte écoféministe pour enfants ! Original, inventif, dynamique et questionnant ! Une véritable pépite à aller découvrir au Théo Théâtre.
  • Une vraie prouesse. L'un des meilleurs spectacles pour enfants depuis longtemps.
  • Courez vraiment voir son show, vous n’allez pas être déçu !
  • Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Le deuxième volet du "Diptyque de la Nuit" par la Cie Tempo Théâtre.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 24/02/2015
au 28/02/2015

19h30, samedi à 20h30.
Théâtre du Pont Neuf
8 place Arzac
31300 TOULOUSE
Métro Saint Cyprien - Parking Saint Cyprien, place Arzac, Cours Dillon
Réservations :
05 62 21 51 78
Site Internet
Après avoir accueilli, en résidence, la Compagnie Tempo Théâtre pour la finalisation de sa création La Nuit juste avant les forêts en septembre 2012, le théâtre du Pont neuf prolonge son accompagnement. Ainsi, Filippo De Dominicis, metteur en scène et Pierre-Benoît Duchez et Jean-Marie Champagne, comédiens, reviennent sur les planches du théâtre toulousain afin de poursuivre leur travail autour de l'œuvre de Bernard-Marie Koltès et de finaliser le deuxième volet du "Diptyque de la nuit" avec le texte Dans la solitude des champs de coton.

Dans l'obscurité de la nuit, deux hommes se croisent. L'un dealer, l'autre potentiel acheteur. A l'heure où l'animalité de chacun se dévoile, les deux protagonistes s'enfoncent dans un face à face verbal, dans une tension qui les maintient éloignés l'un de l'autre et, à la fois, prêts à sauter à tout moment pour réduire cette distance et en venir au choc physique. Un rapport de force s'installe entre les deux hommes, et se décline tout au long de la pièce laissant transparaître différents niveaux de lecture quant à l'identité et l'intention des personnages. Nous avons parlé du dealer et du potentiel acheteur. Plus largement, on y voit une relation entre vendeur et consommateur. Quelque soit la marchandise concernée, Dans la solitude des champs de coton interroge le désir. Que souhaite le client ? Est-il arrivé là par hasard comme il le prétend, ou bien, tel que le suppose le marchand, dans l'objectif d'obtenir quelque chose ? Que propose le marchand ? A-t-il réellement ce que désire le client, ou bien son unique intention est-elle de vendre, peu importe quoi ? Il pourrait s'installer entre les deux personnages une relation de domination du vendeur, qui détiendrait quelque chose, sur l'acheteur, qui voudrait cette chose. Mais, ce dernier, niant son désir, renverse la situation, faisant alors du vendeur le personnage désirant : le vendeur veut vendre à tout prix, c'est cela qui le définit... jusqu'à ce qu'il se fasse prendre à son propre jeu et qu'il devienne lui-même marchandise et objet de désir aux yeux de l'acheteur.

La mise en scène de Filippo De Dominicis est sobre et place les corps au centre pour mieux nous faire entendre le texte. En effet, ce dernier traverse les comédiens, Pierre-Benoît Duchez et Jean-Marie Champagne, qui, tels deux boxers sur un ring, incarnent le dialogue écrit par Koltès. Si le texte est dense, chaque mot semble résonner vocalement mais aussi corporellement. Comme dans le premier volet du « Diptyque de la nuit » (La Nuit juste avant les forêts), la lumière, finement travaillée, vient éclairer ces corps, pleins d'animalité, qui balancent parfois vers l'obscurité. Les personnages sont comme sur un fil, à la frontière de quelque chose. L'incertitude règne. Ni l'un ni l'autre ne quitte les lieux, mais ni l'un ni l'autre n'ose se toucher. Il y a comme un besoin de rester et d'affronter celui qui fait face jusqu'à la folie, et finalement, il ne reste que du vide entre ces deux individus. On se demande alors si cette nécessité de parler, de créer un contact, quel qu'il soit, même si cela doit se terminer par un choc physique et par la violence, n'était-ce pas pour tenter de combler ce vide ? Dans le flux quotidien de tout ce qu'on croise, il y aurait comme le besoin d'une relation, aussi sauvage soit-elle.

La Compagnie Tempo Théâtre nous fait découvrir ou redécouvrir l'œuvre de Bernard-Marie Koltès à travers un travail de simplicité mais aussi de performance. Le public est à l'écoute. On a plaisir à entendre le texte, à se laisser surprendre par les subtilités qui s'en dégagent ainsi que par les notes d'humour, mais on a aussi plaisir à s'interroger sur les différents états qui traversent les personnages, sur nous-mêmes, sur nos propres désirs et sur nos relations à l'autre. Dans la solitude des champs de coton vient ainsi clôturer le "Diptyque de la nuit" que nous serions d'ailleurs curieux de redécouvrir dans son intégralité...
Mis à jour le 03/03/2015
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE