• Courez vraiment voir son show, vous n’allez pas ĂŞtre déçu !
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Le Journal d'une femme de chambre, les confidences d'une jolie soubrette qui met les petits mots avec les grands sur le papier pour chambrer ses patrons.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 22/09/2013
au 29/12/2013

Dimanche Ă  15h.
L'Auguste Théâtre
6, impasse Lamier
75011 PARIS
MĂ©tro Philippe Auguste (ligne 2)
Réservations :
01 48 78 06 68
Site Internet
Octave Mirbeau, dreyfusard en âme et conviction, s'asseyait sur le banc des littéraires aux côtés d'Emile Zola et de Jules Renard. Lesquels analysaient l'actualité sociale à la pointe de leur plume acérée dans des chroniques journalistiques. Des vices de la société, Mirbeau s'était ouvertement dressé contre et à sa façon, il devint un féministe avant-gardiste en revendiquant dans Le Journal d'une femme de chambre un désordre à établir.

La bottine mutine et le haut-de-forme illustrant l'affiche révèlent en coulisse la frivolité et le caustique des personnages à découvrir dans la pièce. Une voix-off s'élève dans la profondeur de la salle de l'Auguste Théâtre, le mot indignation résonne en sa définition et dans les dérivations exprimées. Octave Mirbeau n'eut pas l'enfance belle et il n'est pas vain d'écrire que l'attitude négative de son père influença le jeune homme à poser la réflexion contraire aux préceptes gangrenant la condition et la survie des petites femmes de main.

La scénographie, l'association de l'élégance et de l'humilité, se manifeste par l'antinomie des accessoires composant le décor. L'adaptation du texte, un pan des mentalités dites bourgeoises de la fin du XIXe siècle converti en une version contemporaine qui pose, couvert sur table, la digression des relations humaines "employeur-employé".

L'histoire de CĂ©lestine, une jeune femme prĂŞte Ă  l'emploi au service de patrons bien sous tout rapport. Ainsi pourrait brièvement se rĂ©sumer Le roman de Mirbeau, une femme de chambre devait se fondre aux exigences de sa patronne et se confondre de sa personne auprès d'Ă©poux peu scrupuleux. Les bonnes mœurs investies et travesties par les notables d'hier sont la figure de proue des bobos d'aujourd'hui. La sociĂ©tĂ© se rĂ©serve un droit de critique virulent sur les gens "dit de peu" et mal acquis Ă  la cause des contribuables dignes de ce nom. Si le pouvoir et l'argent offrent de belles opportunitĂ©s, ils n'autorisent pas pour autant l'irrespect et l'humiliation de la personne qui ne dispose pas des mĂŞmes avantages.

La mise en scène, conjointement assurée par Laura Kutika Guliano et par Pauline Menuet, démontre l'insistance des perversités psychologiques faites aux femmes de service dans une suite de mises en situation traitées avec humour et réalisme. Pauline Menuet se veut l'écho de l'histoire de Célestine et dans l'ombre, celle des femmes de sa condition car elle impose de bouche et de corps une dynamique prompte et audacieuse. La narration se construit sur l'installation des éléments de la scénographie auxquels il convient de préciser l'importance des jeux de lumière et la musique entrecoupant chaque tableau. la comédienne manifeste une présence de tous les instants en s'accaparant l'espace scénique comme de son propre intérieur. Le texte est répliqué avec les intonations déterminant la personnalité des protagonistes rencontrés.

Pauline Menuet est simplement malicieuse et byzantine dans Le Journal d'une femme de chambre interprété à l'Auguste Théâtre.
Mis à jour le 09/10/2013
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE