• Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (Ă  partir de 7 ans), d'après les dessins de SempĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Créée dans le cadre du tricentenaire de la mort de Jean-Jacques Rousseau, cette pièce, mise en scène par Jean-Luc Revol, revisite et explore la quête de soi-même et la peur de s’y perdre.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 20/07/2013
au 28/07/2013

15h40.
Théâtre du Balcon
38 rue Guillaume Puy
84000 AVIGNON
Tarif : 20€ / 14€
Réservations :
04 90 85 00 80
Voilà un bel hommage rendu au "penseur solitaire" et à sa jeunesse puisque Rousseau avait à peine vingt deux ans lorsqu’il écrivit la pièce Narcisse ou l’amant de lui-même que Marivaux retoucha avec son expérience aiguisée de l’écriture théâtrale. Cette pièce publiée dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle (1753) fut jouée pour la première fois chez les comédiens du Roi en pleine période hivernale.

C’est en plein mois de juillet à Avignon que nous redécouvrons ce chef-d’œuvre qui revisite Ovide tout en posant des questions sur l’identité et les amours à leurs prémices.

Jean-Luc Revol livre sa perception d’une pièce qui donne selon ses mots "une cure de jouvence au mythe des métamorphoses d’Ovide en déjouant les codes du travestissement et en nous emportant dans la découverte et la crainte de soi". Valère coquet et vaniteux incarnant le Narcisse d’Ovide attendait un comédien qui sache vraiment s’incarner dans le personnage voulu par Rousseau. Or il n’en est rien ! Son jeu calqué sur je ne sais quelle iconographie contemporaine de travesti vulgaire met le feu aux poudres et déçoit. S’il est aussi vrai qu’Ovide nous le dit : "Les feux qu’il cherche à allumer, sont en même temps ceux qui le brûlent" on prendra alors cette citation comme un trait du destin qui s’acharne contre ce pauvre comédien jouant Valère dans son pitoyable jeu excessif et surfait où il passe le plus clair de son temps à vociférer. On saluera toutefois la prestation remarquable de Louise Joly qui interprète Lisimon telle une duègne autoritaire aussi douce qu’inflexible. Marie Julie de Coligny s’habille bien d’une joie naïve et Olivier Broda dans le rôle du valet Frontin est parfait malgré un Valère qui aurait pu lui faire perdre le brio de son rôle qu’il joue tambour battant contre vents et marées.

L’intrigue que propose Jean-Luc Revol eut été digne d’un Marivaux si le rôle titre avait été tenu de manière plus continente.
Mis à jour le 20/07/2013
VOTRE AVIS
EDITA. J'ai vu Narcisse à Avignon...et je vois dans cette critique du comédien principal quelque chose de très personnel? Monsieur aurait un problème d'ordre affectif? Il se sent seul? mal aimé? Personne ne veut de lui? Il faut bien un coupable... beau, talentueux, sur les feux de la rampe...parce que oui ce Narcisse là m'a émue, m'a fait rire, m'a troublée et son interprétation du transgenre exceptionnellement moderne reste gravée dans ma mémoire...celle d'un comédien unique et rare, tout...
Lire la suite
CHLOEMICHEL. Je cherchais sur Internet des informations sur Narcisse ou l’amant de lui-même, pièce de Rousseau dont j’ai assisté à une mise en scène brillante de Jean-Luc Révol cet été pendant le festival d’Avignon. Je savais qu’elle devait être rejouée à Paris à partir du 15 janvier et voulais réserver des places pour faire découvrir ce spectacle à mes amis… Quelle ne fut pas ma surprise de tomber sur une critique si amère ( ? ) de Yves-Alexandre Julien… J’ai fait quelques recherches...
Lire la suite
BISARO. « Je sais que la poétique du théâtre prétend purger les passions en les excitant : mais j'ai peine à bien concevoir cette règle. Serait-ce que pour devenir tempérant et sage, il faut commencer par être furieux et fou ? » Jean-Jacques Rousseau, Lettre à d’Alembert sur les spectacles Ne manquez pas « Narcisse ou l’amant de lui-même » de Jean-Jacques Rousseau / mise en scène : Jean-Luc Revol à partir du 15 janvier au Vingtième Théâtre, à Paris… C’est avant tout chose,...
Lire la suite
SARABANDE. Critique précédente fort violente qui nous rappelle qu’elle relève évidemment de l’arbitraire . J’ai vu de nombreux spectacles à Avignon et je peux vous dire que je suis ressorti enchanté de ce Narcisse . La mise en scène de ce texte rarement joué est intelligente , originale et évite de nombreux clichés . Les comédiens sont tous très bons , des personnages singuliers , cocasses et touchants et je défends le comédien principal qui incarne ce personnage avec beaucoup de panache...
Lire la suite
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE