• Un spectacle chorĂ©graphique Ă©poustouiflant pour redĂ©couvrir sous un autre regard les collections d'Art ancien du musee du Louvre
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




L’amour dimensionné à l’expression argentique utilise la fibre émotionnelle dans l’intimité de la salle cabaret de l’Essaion.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 19/10/2012
au 10/11/2012

Théâtre Essaïon
6, rue Pierre-au-Lard
75004 PARIS
MĂ©tro HĂ´tel-de-ville ou Rambuteau
Réservations :
01 42 78 46 42
commander_100x30_02.gif
Site Internet
Une Année L’Amour, la formulation de la dualité artistique fragmentée des sentiments investis des codes du langage et un décrochage figé en noir et blanc ou en couleurs. Mode interactif exprimé selon la densité et la profondeur des échanges. Cette pièce, un partage d’idées, une écriture à quatre mains, une histoire déclinant le vécu avec les souvenirs. Le texte, un transfert en clair-obscur du désir d’aimer sur des images prises sur le vif.

Salle Cabaret, l’intimité invite à écouter le silence sculpté sur les pierres composant l’architecture des lieux, héritage historique. Le décor, la sobriété telle une virgule qui sépare le passé du présent, le romantisme et la passion, le visible et l’invisible. Le mobilier se compose d’une petite table, une chaise, un banc, une lampe de bureau, une chaine stéréo.

Une jeune femme s’assoit et commence l’écriture d’une lettre avec ces mots "Mon amour". Sur son visage, se lisent l’intention et la sincérité des propos allongés sur le papier. D’amour, il ne reste que des braises, l’homme qu’elle a aimé, est parti. A travers ces écrits, les souvenirs calligraphient un amour consommé de pleins et de déliés. En transparence, un jeune couple se détache de l’atmosphère feutrée et l’un et l’autre expriment avec les mots d’aujourd’hui leurs impressions photographiées à fleur de peau. Loin de l’évocation du "je t’aime, moi non plus", ici la narration se veut Gainsbourg, "Je vais et je viens entre tes mains, je vais et je viens dans ton destin".

La mise en scène évolue dans un dispositif articulé de photographies en noir et blanc, persistance des stigmates d’une relation réduite à claire voie. Les clichés projetés sur le mur prennent la forme de la structure, rugosité et polissage du temps. L’inconscience fige les coulures du désir, les figures dessinent des traits caroline et laconiques. La teneur du verbe employé, une galerie d’impressions exposées, tendance révélation et insistance. L’art du jeu et du regard imposent un rapport diluvien, confrontation dimensionnelle en écho aux quatre photographies en noir et blanc. Les ombres glissent vers l’insondable, la vérité devient fictionnelle, l’obsession de la durabilité s’apparente à une chimère qui idéalise le maintien du rocher posé sur le sable mouvant. Les photos en couleur font penser à l’école de peinture vénitienne. Le bonheur s’étale sous le pastel soulignant l’éclosion des sentiments et la vivacité exprimée par le mélange des corps enceints avec la nature. L’art de la photo investit l’espace théâtral et le rendu est tout simplement subjectif. Le texte tend la main au public, une façon de le faire participer, la proximité avec les comédiens crée une osmose. Les répliques sont subtiles et violentes, callipyges et acérées. Révolution de la représentation espace-temps, l’image accompagne l’histoire dans une singularité existentielle confondue dans un décor catalysant l’alchimie et l’introspection.

Les comédiens, issus de l’Ecole du Jeu, ont suivi les cours de Delphine Eliet. Mention bien pour Thomas Huguenin, Ambroise Sabbagh, Mayya Sanbar, le talent n’attend pas le nombre des années. Une prestation de qualité soulignée par l’accord du geste à la parole, les yeux suivent l’expression du partenaire et le texte est répliqué avec exigence. Avril Dunoyer, une artiste qui multiplie les expériences artistiques, publication d’ouvrages sur le cinéma, photographe avérée, co-auteure de la pièce in situ, une énergie déployée au service de l’Art au sens ouvert. Lucie Digout impressionne tant elle revendique en un personnage une galerie de portraits prompts, dans lesquels chacun pourrait se reconnaitre. Dans la lettre, elle témoigne sa solitude, sa souffrance et exprime le bonheur à ses amis. Récit d’expériences plus ou moins malheureuses, l’amour ne s’écrit pas toujours à l’encre bleue. Lucie Digout ne tombe pas dans le pathos, la profondeur de son regard exprime à lui seul une abondance de tendresse et d’engagement. La voix se fluidifie et s’intensifie toujours dans le souci de l’appartenance et non du paraître. L’intrigue développée dans son jeu n’est pas sans rappeler celle de Fanny Ardant interprétant le rôle de Jeanne dans Jeanne d’Arc au bûcher.

Une Année L'Amour, longue vie à cette pièce au concept novateur.
Mis à jour le 23/10/2012
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
logo120_50_logo_fnac.gif
PUBLICITE