• Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Promesse : engagement, espérance qui annonce une suite heureuse... ou pas !

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 17/10/2012
au 20/10/2012

A 20h30.
Gare au théâtre
13 rue Pierre Sémard
94400 VITRY-SUR-SCENE
(RER C, à 7 min. de Austerlitz
Réservations :
01 55 53 22 26
Site Internet
Hanokh Levin, dramaturge et metteur en scène, laisse après sa mort en 1999, une œuvre impressionnante, mélange de pièces de théâtre, de sketches, de poésies ou encore de chansons. Son répertoire est marqué par une vie difficile faite d’opposition et de division. Il naît et grandit en Israël de parents juifs immigrés de Pologne. Il connaît la guerre, la perte de son père, l’obligation de soutenir sa famille et de travailler alors qu’il n’est encore qu’un adolescent. Durant ses études, il s’intéresse à la politique et adhère au parti communiste israélien. La guerre, les relations difficiles entre les hommes, la peur de l’engagement, le désir du bonheur et la cruauté sont des thèmes récurrents dans l’ensemble de son œuvre. Kroum L’Ectoplasme, Les Souffrances de Job... comptent parmi les pièces d’Hanokh Levin les plus reprises en France.

La compagnie du Théâtre du Frêne adapte plusieurs textes, poèmes et chansons de Levin pour créer Promesses, Cabaret Levin.

Pendant un peu plus d’une heure, quatre comédiens, deux hommes et deux femmes, interprètent différents sketches ou chansons, seul, en duo ou en trio dans une ambiance musicale et survoltée. C’est avec succès que le metteur en scène Guy Freixe et ses comédiens nous transmettent l’univers profond, troublé et satirique d’Hanokh Levin. Un univers difficile transmis avec humour et dynamisme. Les personnages hauts en couleurs se succèdent dans un rythme effréné. Ils chantent, dansent, s’aiment, se déchirent, se désirent, se brutalisent... dans une représentation extrême et variée des passions humaines et des relations entre les hommes. Les situations sont bien souvent tragiques, grinçantes, voire violentes et pourtant, elles nous font rire et l’ambiance est enjouée. Un décalage apporté à la fois par le texte lui-même et par l’interprétation des comédiens. Par ce biais, la question de la cruauté chez l’homme est amenée avec légèreté et permet une écoute plus agréable.

Les comédiens interprètent une bonne dizaine de personnages. Ils changent de costumes, de perruques, de maquillage dans une course effrénée. Ils sont sincères et à l’écoute. Bien que, pour cette première reprise, on sente une certaine tension, ils prennent visiblement plaisir à jouer leurs personnages et les situations. Et le plaisir est communicatif. Ils donnent beaucoup d’eux-mêmes et chantent avec justesse. Une performance agréable, à saluer. Attention toutefois à une trop grande tension et à une énergie trop virulente qui ne permettraient pas de variations dans le jeu. Les comédiens sont tout du long dans une grande force. Du coup, le public ne trouve pas le temps de se laisser bercer par la pièce et ne se repose jamais... Une tension trop grande épuise les comédiens... et les spectateurs !

La scénographie massive et à dominance rouge, est à l’image des sujets traités par Levin. De grands miroirs bordés d’ampoules entourent la scène et, dans le fond, une grosse structure sur roue apporte une scène mobile agrémentée d’un petit rideau rouge faisant écho au rideau de fond de scène. C’est à la fois massif, imposant, adaptable et lumineux. Le rouge, présent du sol au plafond, est la couleur du cabaret et du show tout comme il est celui du sang, de la révolte et du conflit que l’on retrouve dans l’univers de Levin. Cette scénographie imposante et atypique n’est malheureusement pas exploitée dans sa totalité. De ce fait, cette structure imposante alourdit les comédiens, plutôt que de leur permettre un terrain de jeu infini.

La musique de Bruno Girard est magnifiquement interprétée par Franck Seguy qui joue avec aisance aussi bien du piano que de la clarinette ou de l’accordéon. C’est un régal ! L’accompagnement musical donne toute sa saveur au spectacle et permet de se détacher des textes et des situations conflictuelles et difficiles. Quelques sketches sont joués masqués avec intensité. L’univers de la pièce est décalé voire absurde, les masques permettent une plongée encore plus intense dans cet univers à la frontière entre Beckett et Brecht. C’est fort ! On en vient même à regretter qu’il n’y ait pas plus de scènes masquées.

Promesses, Cabaret Levin est un beau spectacle à la fois divertissant dans l’esprit du cabaret et en même temps très profond. Il permet de passer une agréable soirée, de rire et de se laisser aller à écouter des musiques et des chansons, tout en apportant une réflexion, une interrogation sur les hommes et leur relations. Une création réussie qui permet de découvrir plus en profondeur l’œuvre d’Hanokh Levin.
Mis à jour le 23/10/2012
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE