• Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?
  • Créé en 2014 au festival d’Avignon, ce spectacle met en scène quatre personnages au mal de vivre plus ou moins marqué.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Deux femmes face à face après la guerre en Bosnie. Deux vies qui se croisent : la psychologue américaine et la jeune femme bosniaque violée pendant le conflit...

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 09/07/2003
au 31/07/2003

A 13 heures.
Au Magasin Théâtre
31, rue des Teinturiers
84000 AVIGNON
Réservations :
04 90 86 11 33
Cette pièce raconte une rencontre avant tout : une vraie rencontre entre deux femmes où chacune sera un chemin dans la vie de l’autre. Doria, jeune femme bosniaque, s’est faite violer pendant la guerre de Bosnie. Non seulement elle s’est faite violer en tant que femme mais l’étendue de la violence dont elle a été victime est si forte et traîne tellement la mort et la négation de l’autre que c’est à la vie qu’elle en veut d’abord. Elle a besoin de temps pour s’ouvrir à nouveau au monde, à se relever et à défendre sa dignité de femme. Kate, elle, est psychologue pour encadrer des équipes qui retrouvent les chemins de Bosnie. Pour se remettre d’une épreuve trop éprouvante, elle a besoin d’insuffler de la vie et de l’espoir là où la volonté de détruire a fait le plus de ravages, dans les corps et dans le cœur d’une jeune femme. Grâce à cette rencontre et un temps passé ensemble, elles réinventent le sens de leurs vies respectives.

Cette pièce témoigne d’une nouvelle arme de guerre : prendre la femme comme victime ultime, la mettre au centre de la guerre pour qu’elle porte en elle l’enfant du désastre et de la désolation. Le texte est magnifique et très fort, même si le jeu des actrices manque un peu de profondeur et d’intériorité. Il est important d’exprimer la profondeur et l’étendue de l’horreur qui inspirent et que produisent les guerres d’aujourd’hui. Merci à Mateï Visniec d’être un de ces portes-paroles.
Mis à jour le 21/07/2003
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE