• Un conte Ă©cofĂ©ministe pour enfants ! Original, inventif, dynamique et questionnant ! Une vĂ©ritable pĂ©pite Ă  aller dĂ©couvrir au ThĂ©o Théâtre.
  • Une vraie prouesse. L'un des meilleurs spectacles pour enfants depuis longtemps.
  • Courez vraiment voir son show, vous n’allez pas ĂŞtre déçu !
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Brûlante métaphore érotique...

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 04/11/2010
au 07/11/2010

Du jeudi 4 au samedi 6 novembre Ă  20h30, dimanche 7 novembre Ă  15h.
Théâtre des Halles
4, rue Noël-Biret
84000 AVIGNON
Réservations :
04 90 85 52 57
Tenna est une toute jeune fille de 17 ans. Assise, elle attend Isonzo, un très vieil homme. Tous deux viennent de se marier. Autre particularité commune : tous deux sont aveugles. Mais pour Isonzo, le vieillard, c’est son douzième mariage, et nous apprendrons assez vite, en même temps que Tenna, que les onze précédents n’ont donné lieu à aucune consommation.

Toute leur rencontre semble alors vouloir donner lieu à une sorte de duel dans lequel le désir, l’érotisme sont d’autant plus exacerbés qu’il se déroule pour chacun d’eux dans le noir total de la cécité. Dans le contexte théâtral, ce sont les mots eux-mêmes qui pourvoient au désir qu’aucune visualisation ne peut exprimer pour les personnages. Même et surtout peut-être le spectacle de sa totale nudité enfin consentie et révélée par Tenna, comme un trop plein de réalité, à un Isonzo finissant par lui avouer que sa cécité n’était que feinte. Mais dit-il bien la vérité ?...

Le théâtre d’Howard Barker, obscur, hermétique, semble défier toute volonté d’analyse. Barker l’a lui-même qualifié de "théâtre de la catastrophe", ce dernier terme dans le sens de "bouleversement" de la pensée, de la conscience, celle du spectateur s’entend. Un théâtre non aristotélicien dans lequel aucune catharsis n’est possible, dans la ligne d’un Edward Bond, plus avant, d’un Samuel Beckett.

Ici, nos deux personnages se heurtent sans cesse au mur infranchissable, en raison de leur cécité qui les sépare d’une réalité devenue pour eux à jamais inaccessible. Vouloir l’atteindre est une démarche désespérée qui débouche parfois sur des cris de désespoir... Plus encore pour Isonzo, lequel en est à sa douzième bataille qui semble bien elle aussi perdue d’avance...

Alain Cesco-Resia et Camille Carraz ont mis en scène, et avec quel brio, cette œuvre incandescente qu’ils interprètent tous deux avec une grande intensitĂ© de jeu, tels deux fauves au milieu d’une arène, lieu propice s’il en fut aux scènes de massacre.
Mis à jour le 04/11/2010
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE