• Trente-neuf ans de règne : plus que la prĂ©sence au pouvoir de tous les prĂ©sidents de la Ve RĂ©publique ...
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Voilà comment quelques amis, du cercle de la bouillotte de la Ferte-sous-Jouarre, décident de monter à Paris dépenser les gains de la cagnotte... Péripéties assurées.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 03/05/2010
au 29/05/2010

Jeudi à 19h, dimanche à 16h. Relâche mercredi 5 mai et tous les lundis.
Théâtre d'Ivry Antoine-Vitez
1 rue Simon Dereure
94200 IVRY-SUR-SEINE
MĂ©tro Mairie-d'Ivry
Réservations :
01 46 70 21 55
Site Internet
Le Théâtre d'Ivry Antoine-Vitez, situĂ© dans le cœur populaire de cette ville de la banlieue sud, draine un flux quotidien de centaines de spectateurs en ses artères tous les soirs, pour venir assister Ă  La Cagnotte de Labiche, mise en scène par Adel Hakim.

Cette somptueuse comĂ©die en cinq actes fut prĂ©sentĂ©e au Théâtre du Palais-Royal le 22 fĂ©vrier 1864. Cette annĂ©e-lĂ , les auteurs de théâtre ne sont plus dans l'obligation de dimensionner leurs œuvres en fonction d'une prestation musicale. Il s'agit de la fameuse loi sur la libĂ©ralisation des théâtres.

Labiche raconte de façon très anecdotique le quotidien de plusieurs amis de la Ferte-sous-Jouarre qui se réunissent régulièrement pour s'adonner à quelques parties de bouillotte, un dérivé de poker. L'argent est de mise et chacun de verser quelques pièces aussitôt remisées dans une cagnotte.

Entre pièces et boutons de culottes, les protagonistes s'essaient à la tricherie de petite main à qui donnera le moins pour gagner l'estime de l'autre. Invectives et mauvaise foi restent au fond de la poche car ce n'est pas ainsi que la cagnotte va se remplir.

Pourtant, il est grand temps de casser la tirelire et de faire fructifier le gain accumulé selon les envies et saucissonades extravagantes des personnages. Un vote est organisé pour déterminer, in fine, qui choisira d'aller à la foire de Crépy, d'acheter une dinde truffée ou encore d'aller à Paris. A la majorité, la capitale obtient la faveur du suffrage.

Le ton est donné, Adel Hakim infuse son savoir-faire dans une ingénieuse et virevoltante mise en scène, laquelle, deux heures durant, enthousiasme le public entre rires, pitreries et quiproquos. La modularité du décor s'immisce admirablement dans ce ballet où les comédiens n'ont de cesse de vivre la pièce contextuellement interprétée en occupant le vaste plateau offert pour ce genre de théâtre.

Deux énormes lampes, au style rococo posées de part et d'autre de la scène, illuminent la salle d'un restaurant recommandé de vive voix par un ami de Champbourcy. Les amis attablés, la carte des menus en main, les yeux perplexes défilent sur l'appellation des plats, ils s'offusquent quant aux tarifs prohibitifs. Le serveur de les recommander de certains bons petits plats à la portée de toutes les bourses... pas provinciales.

Chacun apprécie la qualité des mets servis, la tablée ploie sous la bonne humeur, le p'tit rouge aidant les esprits à se délier jusqu'au moment où l'addition, délicatement jointe dans un livret, rend furibond Champbourcy. Tollé populaire autour de la table, les amis refusent, à l'unanimité, de régler le solde. Le départ inopiné du restaurant, couvert sous un halo d'invectives, ne les conduit-il pas directement aux mains des policiers, lesquels manu militari les amènent illico presto au commissariat. La province profonde ressurgit confrontée à une situation inattendue. On se rassure mutuellement, on se dit qu'il s'agit d'une erreur judiciaire, on va être relâché assez vite. Malheureusement, le destin escompté ne se révèle pas celui optimisé à coups de paroles fédérées.

De la chaise sise devant le bureau du commissaire-adjoint, le banc des accusés les attend et les barreaux de la garde-à-vue pour tout horizon. Heureusement, Colladan a conservé sa pioche. Commence, dès lors, un long labeur pour intenter une évasion.

Les amis codétenus jouent la complicité, entonnant à tue-tête le refrain d'une chanson solognote, pour dissimuler les coups de pioche. Tintamarres et cacophonie s'emparent de la scène, jusqu'au moment où le notaire, perdu depuis l'arrivée à Paris le matin même, vient déposer plainte pour le vol de sa montre.

L'Ă©tat d'esprit de Labiche caricaturant la naĂŻvetĂ© et l'exagĂ©rĂ©e fragilitĂ© des petite gens de province est traitĂ©e avec finesse et dĂ©sinvolture dans la mise en scène d'Adel Hakim. Un vaudeville menĂ© tambour battant par cette joyeuse horde de comĂ©diens, un rythme endiablĂ© emblavĂ© au cordon dans l'expression textuelle, de bien jolies rĂ©pliques parodiĂ©es en joutes verbales Ă  soulever des torrents de rires dans la salle ; une gestuelle constante qui donne Ă  la pièce une agrĂ©able sensation de fraĂ®cheur et de tonicitĂ© ; les costumes – un tantinet kitch – et les postiches Ă  faire rougir tontons et cousins de Navarre ; le dĂ©cor dĂ©mĂ©nage et emmĂ©nage Ă  la vitesse d'une piste de cirque oĂą alternent clowns, trapĂ©zistes et fĂ©lins, grandiose ; chants et musiques se marient allègrement au grĂ© de la ponctuation en virgule apposĂ©e entre chaque scène et situations sciemment considĂ©rĂ©es.

Les comédiens, dans leur intégralité, excellent dans les rôles respectifs qui leur sont prêtés de jouer. Adel Hakim offre avec La Cagnotte, un vaudeville de très belle facture, la définition du burlesque décliné en opéra-bouffe. Un très grand moment théâtral. D'ajouter que le personnel du Théâtre d'Ivry Antoine-Vitez assure un accueil des plus convivial. La cerise, la sincérité dans le sourire et le bonheur de recevoir le public, une mise en salle vraiment très plaisante.
Mis à jour le 17/05/2010
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE