• Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Pour la première fois, le film culte Tenue de soirée de Bertrand Blier au théâtre !

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Jusqu'au 30/07/2006
A 17h15.
Théâtre de l'Etincelle
14 place des Etudes
84000 AVIGNON
Déjà dans les années 80, Tenue de soirée, le film de Blier, avait choqué quelques âmes sensibles. Pour qui n’a vu, en son temps, le trio déjanté que formaient Depardieu, Miou-Miou et Michel Blanc, Tenue de soirée, aussi rebaptisé Putain de film, raconte la rencontre d’un couple minable, loosers inéluctables et d’un macho flambeur de banlieue, monte-en-l’air rase-mottes, à la sexualité tous azimuts. Quelques billets froissés suffisent pour emballer Monique. Antoine, qui n’est tout de même pas une fiote, finira par se laisser prendre par les sentiments. Après quelques errements inhérents à la vie de couple, fusse-t-il à trois, tout ce monde terminera, en hauts talons, sur le trottoir.

Il fallait un certain courage à Hélène Zidi-Cheruy pour oser revisiter ce texte iconoclaste par nos temps de morale pincée. Aussi est-ce un vrai plaisir d’entendre à nouveau ces dialogues coloriés au vitriol. La mise en scène, culottée, n’élude rien. La crudité des situations prend même, dans ce petit théâtre de l’Etincelle, une dimension autrement plus violente qu’elle ne l’était dans le film. La complicité des comédiens avec leur chef d’orchestre est palpable. Ils s’engagent, sans retenue, incarnant ces trois paumés de manière étonnamment décomplexée. Si Arnaud Lesimple peut encore certainement gagner en nuances, on retiendra la fragilité écarquillée de Paul-Emmanuel Dubois et, surtout, la justesse de Célia Granier Deferre qui campe une Monique totalement réinventée, d’une fraîche vulgarité.
Mis à jour le 20/07/2006
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE