ET AUSSI
• Est-ce assez dit. La SACD, organisme de gestion, mais pas que...
• A la Une. Les Contes d'Offmann par Gilles Ramade
• En vidéo. Le jukebox du théâtre
• Texte. Découvrez la pièce Le Petit Poucet

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



Entretien Pierre Douglas : le chansonnier nous livre sa partition
Assistant à la lecture d’un texte de théâtre intitulé « la mort s’est trompée d’étage » dit au théâtre Hébertot et écrit par la jeune et talentueuse auteure Océane Perrot, on reconnaît dans un rôle taillé pour lui Pierre Douglas donnant la réplique à Isabelle Kern tout aussi talentueuse dans la peau d’une petite fille complice d’un grand-père qu’elle redécouvre jusque dans ses parts d’ombre et aux prises avec la séduction et l’idée d’aimer encore à un âge avancé. Le pitch de cette future pièce dans laquelle nous sommes impatients de savourer l’énergie et le talent de Pierre Douglas : Guy appelle sa petite fille à la rescousse, le corps de Josette (la voisine) est dans son appartement… Il faut qu’elle l’aide à se débarrasser du cadavre… Cette pièce dont la mise en scène se signera de la remarquable metteuse en scène de théâtre Wally Bajeux, par cette «mise en bouche » lue qu'on lui doit, fruit d'un travail minutieux de direction d'acteurs, nous laisse prochainement imaginer une fort belle programmation dans un théâtre digne d’applaudir tant d’enthousiasme et d’investissement ! Sans plus attendre livrons nous au portrait immortel du dernier vrai chansonnier : Pierre Douglas.

GROS PLAN
Affiche du spectacle
© X,dr


Un saltimbanque est-il un homme-orchestre ? Vous Pierre Douglas qui maîtrisez admirablement la direction d’orchestre, la vente de chaudières Primagaz, le journalisme et le métier de chansonnier où vous situez vous au propre comme au figuré dans toutes ces panoplies?

Tout se résume au titre de mon dernier spectacle .En effet je suis un saltimbanque, je suis un humoriste, je suis un acteur, je suis chef d’orchestre aussi épisodiquement et je suis chansonnier et comédien .C’est un tout formidable! En étant saltimbanque, je suis quelqu’un qui a décidé de divertir et jusqu’à présent continuant à y parvenir continue.

Vous avez animé les heures joyeuses de la jeunesse de bon nombre de quadragénaires sur le petit écran le samedi après-midi. Qu’aviez vous fait à Denise Fabre pour qu’elle rit autant entourée d’une France pittoresque à l’antenne et d‘un Garcimore abracadabrant?

C’est surtout Garcimore qui la faisait rire car il aimait beaucoup envoyer des petites souris dans son corsage et moi j’ai toujours joué le rôle du type imperturbable qui ne riait pas. Certes elle m’emmenait un petit peu dans sa rigolade mais elle n’a jamais réussi à m’avoir et nous entretenons toujours aujourd’hui elle et moi de bons rapports.

Garcimore était très drôle et les spectateurs ont apprécié que l’animateur pseudo sérieux garde son sérieux pour présenter les séries et tout le monde a compris que je n’étais pas dupe .Cette émission était suivie par huit millions de téléspectateurs et les gens qui ont 40 ans maintenant en gardent un très bon souvenir.

Quel testament voudriez-vous laisser à la jeunesse, vous qui incarnez dans une jeunesse éternelle la persévérance telle qu’en parle à lui seul votre parcours?

Deux phrases: une que je dis sur scène :«si ce n’est pas impossible faites tout pour le faire » et deuxièmement cette citation de Cyrano de Bergerac: « ne pas monter bien haut peut-être mais tout seul ».

Quel est votre secret de jeunesse Pierre Douglas ?

Le sport ,la scène et l’amour.

Comme Dalida l’a chanté mais n’y a pas cru en ayant elle-même décidé de mourir autrement, mourir sur scène ça vous ferait quoi?

Eh bien je n’en sais rien puisque je serai mort. Continuant sur un éclat de rire : je ne veux pas le savoir!

Avez-vous une opinion à propos de la télévision ou la radio qui décide du jour au lendemain d’interrompre une émission si elle ne fait pas assez d’audience ou pour d’autres raisons qui nous échappent ?

J’ai du mal à comprendre. J’avais fait une émission sur France 2 que j’avais appelé « Bravo » en 1979 à 1980 qui a été supprimée alors qu’elle marchait très bien. Il y a plein d’émissions qui sont supprimées et qui marchent bien. A la radio aussi cela s’est produit à cause d’un changement de programme. Je ne garde pas d’aigreurs de ce départ, j’ai juste un peu de regrets. Regardez Patrick Sébastien qui est un ami, il va encore faire trois ou quatre émissions à la rentrée et on va supprimer « Les années bonheur » et « Le plus grand cabaret du monde ».

Vous ne pensez pas que c’est au détriment du talent et de la demande?

Mais bien sûr on ne s’occupe pas du public ! Sans les spectateurs il n’y a plus de télévision, sans les spectateurs il n’y a pas de saltimbanques, il n’y a pas d’artistes, il n’y a rien ! On oublie le public ! Sacha Guitry disait cette chose terrible : « le comique n’intéresse plus personne sauf le public ».

Ne croyez-vous pas que les chaînes de télévision répondent à des desseins mercantiles?

Oui sinon il n’y aurait pas Hanouna !



En pensant à Thierry le Luron qui a fait naître votre goût de la scène pour ne pas dire de l’imitation, croyez-vous comme lui pouvait l’être , qu’il vous a rendu libre, qu’il vous a permis d’être l’artiste qui sommeillait en vous?

Oui je lui dois beaucoup ! Je songeais à être artiste avant de le connaître. Il a été le détonateur et pour utiliser une expression bien connue il m’a mis « le pied à l’étrier » .Il a eu un moment d’humilité avec moi parce que lui c’était une star de l’imitation et Georges Marchais il ne l’imitait pas, il l ‘a imité après et c’est grâce à l’imitation de Marchais que j’ai changé de métier du jour au lendemain .Thierry le Luron a eu l’humilité de me dire : « non seulement je ne l’imite pas, mais vous vous l’imitez très bien » et je lui dois une reconnaissance éternelle.

Nombre de Français seraient heureux de vous revoir à l’écran ou de vous entendre à nouveau sur les ondes avez-vous des projets à venir de cet ordre-là?

Je n’ai pas de projets ni à la radio ni à la télévision. J’aurais bien aimé présenter une émission de radio sur une radio comme Radio Classique car je connais bien la musique classique et j’aurais envie de faire une émission au cours de laquelle je ferais une revue de presse humoristique sur l’actualité et après chaque information je dirais pour nous remettre on va écouter telle chose. C’est un projet que j’aimerais réaliser du samedi au dimanche ayant suivi une formation à la Schola Cantorum pendant 11 ans je connais très bien la musique classique et je pourrais donc dans cette émission y mêler l’humour.

Dans cette époque digitale et numérique quid de Pierre Douglas sur le Web?

Je suis assez sidéré quand on me téléphone et qu’on me dit : « j’ai vu sur Facebook que tu faisais telle chose … » C’est mon côté un petit peu âgé je n’y peux rien!

Pour finir cette interview quelques mots à méditer?

Si on me pose la question de savoir si je suis heureux je répondrai jusqu’au bout j’espère!


Publié le 10/07/2018
DANS LA MÊME RUBRIQUE
 
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur cet article


Publicité
PUBLICITE
PARTENARIAT