ET AUSSI
• Dans l'actu. A 103 ans, la doyenne des comédiens est morte
• Dans l'actu. Adieu Jeanne Moreau
• En vidéo. Le jukebox du théâtre
• Texte. Découvrez la pièce Du Rififi sur l'Olympe

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



A lire Les Petits Classiques Larousse, collection théâtre
Les petits classiques Larousse, collection Théâtre, se sont enrichis de nouveaux titres en 2011.

GROS PLAN
Affiche du spectacle
© X,dr
Les plus beaux textes de la littérature française proposés à un prix très raisonnable. La maison d’éditions Larousse perpétue l’image qui est sienne depuis ses débuts, ouvrir les portes de la culture à tout le monde. Les auteurs des XVIe, XVIIe, XVIIIe et XIXe ont ainsi tout à loisir de tenir badinages et facondes sur les étagères des bibliothèques contemporaines.

Une jolie collection pour les scolaires qui découvrent d’illustres pièces de théâtre, interprétées sur les scènes de France et à l’étranger. Des textes en prose ou en alexandrin écrits par des auteurs qui passent les siècles sans prendre la moindre ride. Les adultes ont la possibilité de lire de nouveau ces classiques étudiés au collège et au lycée et réveiller de merveilleux souvenirs enfouis dans les cartables remisés au grenier. La petite virgule entre deux lignes de bonheur, les livres sont édités avec le texte intégral.

Britannicus de Jean Racine (édition 2011).
Comment devient-on un tyran sanguinaire ? C’est l’intrigue de Britannicus, où Racine montre, en 1669, la prise de pouvoir de Néron. Ce "monstre naissant", sous le joug d’Agrippine, mère possessive, et d’un mauvais conseiller, le traitre Narcisse, va laver l’affront d’un amour sans retour dans le chantage, l’enlèvement et le meurtre. En quelques minutes, Racine nous fait assister au spectacle de l’avènement, à Rome, de la barbarie.

L'Ile des esclaves de Pierre de Marivaux (édition 2011).
La tradition littéraire et philosophique s’est plu à situer ses sociétés idéales imaginaires – ou utopies – dans des iles. En 1725, Marivaux imagine à son tour, dans L’Ile des esclaves, une communauté où les maitres deviennent esclaves, en vertu d’une antique coutume, tandis que les esclaves deviennent les maitres. Humiliation pour les uns, revanche pour les autres, le renversement des rôles ne dure qu’un temps, mais cela suffit à bouleverser l’ordre social.

Le Barbier de Séville de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais (édition 2011).
Un vieux bourgeois enferme dans sa maison une ingénue qu’il entend épouser. Un amoureux, avec l’aide de son rusé serviteur, soustrait la jeune fille à ce mariage forcé – et l’épouse lui-même.C’est un thème de comédie d’intrigue qui ne semble guère neuf. Et pourtant, en 1775, Beaumarchais, dans Le Barbier de Séville, en donne une illustration sautillante, virevoltante, qui suit le rythme de la danse et de la musique. Et voici Figaro-ci, Figaro-là, valet qui commence une belle carrière sur la scène.

Le Misanthrope de Molière (édition 2011).
Le Misanthrope est une comédie sombre de 1666, dont l’intrigue parait simple : un homme essaie d’obtenir un rendez-vous en tête à tête avec la femme qu’il aime – et n’y parvient pas. Cet homme excessif, Alceste, défend la sincérité absolue. Mais la jeune femme, Célimène, qui reçoit bien des hommes dans son salon, aime plaire... Qui a tort et qui a raison, des inadaptés sincères ou des hypocrites trop bien adaptés ? Entre le rire et les larmes, Molière se garde bien de nous donner une réponse.

On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset (édition 2011).
Publié en 1834, On ne badine pas avec l’amour mérite bien son appellation de "proverbe". Au sortir de brillantes études, le jeune et fringant Perdican rentre chez son père, se heurte à la froideur de Camille, sa cousine, à qui il était destiné, courtise une jeune paysanne, ce qui précipite la catastrophe. La leçon est cruelle mais sans appel : si la jeunesse ne croit pas à l’amour, elle n’a plus rien à espérer.

Tartuffe de Molière (édition 2011).
Une famille est déchirée ; sous le masque d'une religion austère, un intrus s'est installé, a conquis Orgon, le maitre de maison, et sème le désordre : il courtise en secret la femme de son hôte, convoite sa fille et ses biens. Et Orgon n'y voit que du feu... sacré ! En 1664, Molière montre, dans le Tartuffe, les dangers de l'imposture et de l'aveuglement. Deux fois interdite à l'époque, sa pièce est plus que jamais d'actualité. Et si le rire restait le meilleur moyen de combattre le fanatisme ?


Publié le 06/11/2011
DANS LA MÊME RUBRIQUE
 
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur cet article


Publicité
PUBLICITE
PARTENARIAT