Toutes les pièces de Molière


Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



 DÉJÀ INSCRIT

Mot de passe

Oublié !

L'Ă©clat de l'aurore
de Antoine Le-Grix

INFOS PRATIQUES
Comédie dramatique
Environ 1 h 15
Plus qu’à un amateur de théâtre, cette pièce s’adresse tout d’abord aux amateurs de Cyrano. Aux comédiens qui montent sur les planches, qui de leur panache s’épanchent, quel est celui qui ne s’est jamais identifié à ce héros ? L’éclat de l’aurore se rattache au théâtre romantique, et s’inspire de nombreuses œuvres dont Cyrano, Scaramouche, On ne badine pas avec l’amour, mais aussi la bande dessinée De Capes et de Crocs, fameuse histoire d’Ayroles et Masbou qui reprend elle-même de nombreux éléments à celle d’Edmond Rostand. L’histoire, écrite en vers libres et en quatre actes, se déroule lors de la période-phare du roman de capes et d’épées : l’Ancien Régime. Aurore et Siméon. A chaque pièce romantique, son couple fort iconique. Aurore et Siméon paraissent en tous points opposés. Aurore est généreuse, positive et chaleureuse. De son sourire, elle veut aider, elle répand son énergie : elle vit. Elle vit pour autrui, en venant combattre la morosité et le chagrin. Elle n’a pas le temps de tomber amoureuse, elle n’y croit pas. Siméon est taciturne, il a eu le cœur brisé. Il traîne son désespoir et fuit son passé. Il ne croit plus à l’amour et pense que la flamme enfouie ne peut se rallumer. Aurore se bat pour les autres, pour le rêve d’un monde plus juste et plus beau ; elle se bat pour la Révolution. Siméon, lui, refuse d’abord de parler de son passé tumultueux. On apprend au fur et à mesure qu’il a déjà vécu de tels combats, ne s’en sortant que de justesse et en perdant tout ce qu’il a aimé. S’il a juré de ne pas reprendre les armes, une Aurore prisonnière finira par le convaincre de ses larmes… L’évolution des personnages est un point majeur de l’histoire. Dans l’Acte I, Siméon n’est que misère, mais finit par retrouver le sourire grâce à celui d’Aurore. C’est le début de l’admiration et de l’amour, même s’il ne le sait pas à ce moment. Aurore, de son côté, n’a fait que raviver les flammes d’un cœur perdu, et ne voit pas Siméon sous le prisme amoureux. L’acte se conclut sur un monologue où Siméon prend conscience qu’honorer les morts, c’est aussi accepter de vivre encore… Dans l’Acte II, Siméon souhaite remercier celle qui l’a sauvée. Son cœur ne fait qu’un bond lorsqu’il voie Aurore prisonnière. Il la libère, et elle se rend compte qu’elle l’a sous-estimé ; sous son cœur meurtri se cachent à la fois répondant et talents de bretteur. Elle lui propose de rejoindre son combat, mais Siméon hésite à se lancer à nouveau dans une quête où il a déjà tout perdu. Tous deux commencent à réaliser leur attirance, mais refusent plus ou moins d’en prendre conscience. Siméon pensait avoir perdu son cœur pour toujours, il ne sait plus ce qu’est l’Amour ; Aurore est elle consternée, elle n’a pas le temps pour ces simagrées. L’acte se conclut par une scène où ils s’interrogent sur le sentiment « inédit » qui les envahit. Les futurs amants sont séparés d’une porte et se parlent à eux-mêmes, sans entendre l’autre ; mais leur réflexion se répond comme un dialogue. Dans l’Acte III, Siméon réalise qu’il tient trop à Aurore pour la perdre. Il rejoint sa cause. En plein combat, Siméon tombe à la renverse sous le poids d’une épée et Aurore, témoin de la scène, inconsolable, vole à son secours en le pensant mourant. Ils se révèlent leur amour. Siméon, facétieux, révèle ensuite que la lame n’a fait que l’effleurer, en s’empêtrant dans sa veste. L’acte se conclut par les sentiments contraires d’Aurore qui a réalisé, par cet instant de désespoir, qu’elle n’est pas prête à se lancer dans pareille histoire. La passion lui a fait perdre sa rationalité. Distraite, elle a fait plusieurs erreurs de combat ; elle a trop à penser avec ses désirs de révolte. Siméon ne peut qu’accepter la situation et se retire dignement. Loyal et droit, il exprime malgré tout le souhait de continuer le combat qu’il vient de rejoindre, aux côtés d’Aurore. Attention spoilers ! Dans l’Acte final, Aurore apprend que Siméon est parti seul combattre le régent qui a autrefois trahi et meurtri Aurore. La mission ne peut que mal finir, et elle comprend qu’il est prêt à se sacrifier. Aurore, catastrophée, tente tout pour le rejoindre. Elle se réconcilie avec son cœur, et prend conscience de son erreur : la vie est trop courte pour passer à côté de sa passion avec Siméon. Elle part se mêler à la bataille pour le rejoindre. L’acte se conclut par la mort de Siméon, qui finit par retrouver Aurore, à ses côtés.

 Note de l'auteur. La difficultĂ© de s’inspirer d’élĂ©ments aussi iconiques tels que Cyrano serait de n’avoir qu’une impression de rĂ©chauffĂ©. L’éclat de l’aurore a Ă©tĂ© Ă©crit en prenant en compte cette nĂ©cessitĂ©. Il est impossible de crĂ©er une nouvelle scène d’escrime sans penser Ă  Cyrano ; c’est pourquoi l’éclat de l’aurore ne met pas l’accent sur les scènes de combat (des dialogues les rythment Ă©videmment, mais ils sont courts et sans prĂ©tention). L’éclat de l’aurore contient d’autres forces : la beautĂ© des vers, l’intensitĂ© de la passion, l’évolution des personnages, un personnage fĂ©minin très affirmĂ© (Ă  l’inverse d’une Roxane dans Cyrano par exemple, plus effacĂ©e)… Aurore et SimĂ©on forment un couple que tout semble opposer. La beautĂ© de l’histoire rĂ©side dans leur Ă©volution, oĂą ils vont tous deux finir par accepter l’amour ; l’un pensant qu’il n’existait plus ; l’autre pensant qu’il n’existait pas. Le personnage d’Aurore dĂ©tonne pour l’époque : elle occupe les traits d’un Cyrano fĂ©minin, tout en se justifiant par sa condition sociale modeste, qui conduit Ă  lĂ©gitimer sa popularitĂ© dans les tavernes, exclusivement masculines. Une Roxane n’aurait pu y avoir droit. Mais son cĂ´tĂ© « masculin », essentiel pour s’imposer, fera ensuite place Ă  la sensibilitĂ©, nĂ©cessaire pour toucher SimĂ©on. Quant Ă  la scène finale de l’Acte II, elle pourrait se rapprocher de la force de la scène du balcon de RomĂ©o et Juliette, ou d’un Christian faisant la cour par l’intermĂ©diaire de Cyrano, tout en s’en dĂ©marquant. En rĂ©flĂ©chissant Ă  voix haute, sans s’entendre, Aurore et SimĂ©on voient leur rĂ©flexion dialoguer Ă  leur place ; la mise en scène pourrait en ĂŞtre intĂ©ressante. PaniquĂ©s par le fait d’être envahis par cette nouvelle sensation qui leur noue le ventre, ils tentent de taire de manière presque comique ce sentiment exaltant, qui fait pourtant bouger le monde : l’Amour !

Télécharger le texteSe connecter au Club pour télécharger le texte InfoCe texte peut être soumis aux droits d'auteur.
Renseignez-vous auprès de l'auteur du texte
pour vérifier vos obligations légales.

Écrire à l Écrire à l'auteur
LE PROFIL DU MEMBRE
Cette fiche-théâtre a été enregistrée par Antoine Le-Grix. Juriste âgĂ© de vingt-six ans, diplĂ´mĂ© en droit des affaires et en droit du sport, dans des cursus amĂ©nagĂ©s pour Sportifs de Haut Niveau Ă  Assas puis Ă  la Sorbonne… Je viens tout juste de dĂ©cider qu’il fallait que je me rĂ©oriente ! Cette conclusion fait suite Ă  une longue rĂ©flexion logique au regard de mon parcours : le sport et l’écriture reprĂ©sentent toute ma vie. Nageur-coureur depuis mes quinze ans, j’ai dĂ©couvert il y a quelques annĂ©es le triathlon longue distance ; une discipline qui m’occupe plus d’une dizaine d’heures d’entraĂ®nement par semaine. Parallèlement, j’écris depuis mon enfance. Si le niveau de mes Ĺ“uvres laisse parfois Ă  dĂ©sirer, j’ai pu toucher un peu Ă  tout, moi-mĂŞme grand lecteur rĂŞvant d’imiter mes Ă©crivains prĂ©fĂ©rĂ©s : policier, fantastique, roman, nouvelle, scĂ©nario de film, poème et, ce qui nous amène aujourd’hui, pièce de théâtre en vers. De ma pièce, exposant une passion d’inspiration très cyranesque et shakespearienne, sous fond de rĂ©volution durant l’Ancien RĂ©gime, il se dĂ©gage une philosophie que j’essaye de respecter chaque jour dans ma vie : le panache. J’ai ainsi dĂ©cidĂ© de dĂ©laisser le droit, fort d’un constat : la stimulation intellectuelle au quotidien ne pouvait absolument pas me manquer, puisque j’avais dĂ©couvert que je la retrouvais dans l’écriture… A ce titre, j’écris actuellement une seconde pièce, intitulĂ©e Le rĂŞveur d’horizon. Il sera cette fois-ci question d’une tragĂ©die au plus pur sens classique (règle des trois unitĂ©s), tout en comportant une difficultĂ© que j’ai voulu me fixer en m’inspirant de l’OuLiPo : il s’agit uniquement de rimes brisĂ©es (ma rime prĂ©fĂ©rĂ©e). Qu’est-ce donc que la rime brisĂ©e ? Musicale, efficace et fière, c’est ma rime fĂ©tiche : Rime entre fins de vers, et rime entre hĂ©mistiches ! Mais ceci est une autre histoire… En attendant de rĂ©ussir en vivre, je poursuis cette annĂ©e une formation pour devenir maĂ®tre-nageur, Ă  Dinard (je suis parisien, mais qui n’aime pas la Bretagne ?), s’inscrivant dans la continuitĂ© de mon parcours sportif et de mon appĂ©tence pour la pĂ©dagogie et la transmission du savoir. La suite reste ouverte et se dirige pour l’instant vers le guide de moyenne montagne, bien que mon rĂŞve serait simplement de vivre d’écriture… La mer et les massifs sont les deux endroits oĂą je puise mon inspiration pour contrer la page blanche (je cherche encore une Muse !). Egalement chef d’équipe-secouriste, pianiste (9 ans), je suis un mordu de danse classique, de cinĂ©ma (ah, l’âge d’or hollywoodien, les polars, les screwball comedies…) et de littĂ©rature. PassionnĂ© par les dĂ©fis sportifs (Iron Man de Copenhague en 2019 ; soit 3,8km de natation, 180km de vĂ©lo et 42km de course Ă  pied), je me suis lancĂ© l’annĂ©e dernière dans l’alpinisme, avec l’ascension du Mont-Blanc Ă  l’étĂ© 2021. J’en ai mĂŞme Ă©crit un rĂ©cit, mais ce n’est pas l’objet de ces lignes. Que donnera la suite ? J’ai moi-mĂŞme hâte de le dĂ©couvrir…?


Ajouter une video Ajouter une vidéo de cette pièce

VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIATS
PUBLICITE