Le tabouret des confessions de Heurtz David

Genre : Comédie dramatique
Distribution : 3H 2F
Durée : Environ 1 h 45
Le jour se levait comme d’habitude, par la fenêtre on entendait les gouttes de pluie qui n’arrêtaient pas de tomber. Depuis quelques jours, c’était le déluge, il pleuvait. Les voitures passaient sur la route glissante. Par la fenêtre on voyait quelques personnes marcher avec leurs parapluies, pressées d’arriver à leur destination. D’autres étaient un peu pommées par ce temps, mais malgré tout ça elles marchaient très vite, comme s’ils voulaient dépasser la pluie. Il faisait gris, on avait l’impression que le ciel allait nous tomber dessus, c’était lourd et pas beau à voir. Dans l’air se préparait quelque chose… l’orage. Gatti regardait avec curiosité ce qui se passait dehors et avait presque oublié qu’il n’était pas tout seul dans son salon. A propos de ce salon, il était un peu particulier, depuis son retour de Mongolie Gatti avait installé dans un coin un peu caché un tabouret de confession, où tous ceux qui venaient, pouvaient s’exprimer à volonté, personne ne les entendait. A vrai dire ce tabouret a eu beaucoup de succès et lui-même s’y rendait régulièrement pour pouvoir lâcher un peu la pression de quotidien. Mais depuis qu’Alice avait décidé de se marier avec Maxime, le tabouret de confession était pris d’assaut. En attendant de pouvoir se confesser, Gatti avec sa fille parlait des détails du futur mariage. Alice était assez calme, quant à son père, c’était le contraire, quelque chose n’allait pas, et ce n’était pas forcément le mauvais temps, c’était quelque chose d’autre…