Julie, comment dire ? de Michel Gendarme

Genre : Comédie
Distribution : 3H 5F
Durée : Environ 1 h 15
Julie, autiste, est le personnage central, ou du moins révélateur, mystérieux, témoin, de la pièce. Présente d'un bout à l'autre, elle figure cette tragédie du silence, de l'impossibilité de communiquer, du moins sous les formes langagières habituelles, dans lesquelles bien souvent se réfugient d'autres folies. On voit les personnes de l'institution sensées s'occuper d'elle, et qui s'occupent d'elle. Un point c'est tout. Donc, "cela" discute. On ne franchit pas le seuil. On ne se révèle pas à l'autre. Le danseur représente une piste d'accès possible. Il n'est déjà plus réalité, mais fiction, ou rêve... "La belle au bois dormant et le prince" est une évocation possible. Le danseur et Julie développent un jeu, qui là signifie quelque chose, puisqu'il y a évolution et aboutissement à cette voix que Julie fait entendre lors du 20e tableau. Mais ce jeu ne parle pas pour l'institution. Un jeu, qui en regard du quotidien de cette institution, est rupture, mais on le sent bien, pas complètement, voire impossible.

 Note de l'auteur. L'un des personnages est un danseur.