L’Enchaîné de Levon Shant

Genre : Comédie dramatique
Distribution : 15H 5F
Durée : Environ 1 h 30
La ville fortifiée d’Ani, bien que souvent conquise, illustre le prestige et la gloire de l’Arménie médiévale. Au XIIe siècle, elle se trouve sous domination musulmane, gouvernée par un prince arménien. Face à une pression fiscale grandissante, un soulèvement des notables et des artisans entraîne la chute de l’émir. Le prince gouverneur fait appel aux troupes du roi géorgien voisin pour écraser l’insurrection. L’Histoire n’est ici qu’un prétexte pour construire une problématique universelle où les sources historiques et les éléments mythiques se superposent pour faire surgir une dimension nouvelle. L’auteur ne choisit pas entre le bien et le mal, mais propose à chacun de « tuer d’abord le tyran qui règne au fond de lui-même ». La figure ambiguë d’Artavazd incarne à la fois la révolte enchaînée et un idéal toujours différé.

 Note de l'auteur. Levon Shant (1869‑1951), grande figure de la culture arménienne, est l’auteur de nombreuses œuvres littéraires et pédagogiques. Président de l’Assemblée nationale de l’Arménie nouvellement indépendante, il est arrêté par les Soviétiques et s’évade vers l’Iran, où il publie L’Enchaîné en 1921, avant de s’installer au Liban. La pièce a été lue par Nathalie Garraud à la Cité internationale universitaire de Paris à l’occasion de "La Montagne des langues" en 2003.