• Qui a eu cette idée folle un jour d'inventer l’école ?
  • Férue de mathématiques, elle fait rêver tous les cancres, car ces mathématiques-là, on les aborde avec joie.
  • Un des chefs d’œuvre du Grand Will : Othello. Ce défi, l’équipe de Jean-Luc Jeener l’a relevé.
  • Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Comment le temps agit-il sur les blessures de l’âme ? Dans un lieu intemporel et décalé, la rencontre fortuite, intrigante, émouvante et drôle d’une femme et d’un homme qui se rejouent leur passé chaotique.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 02/10/2006
au 18/10/2006

Lundi, mardi, mercredi à 20h.
Le Funambule Montmartre
53, rue des Saules
75018 PARIS
Métro Lamarck Caulaincourt
Tarif : 18 € / 12 €
Réservations :
01 42 23 88 83
L’action se passe quelque part en Europe, peut-être en France, entre la fin de la Première Guerre mondiale et le début de la guerre civile russe, dans la salle d’attente d’un médecin. Dehors, la guerre fait rage. Un homme et une femme, exilés de Russie, s’y rencontrent pas hasard. Ce sont les deux personnages de Tchekhov, Sonia, la petite nièce de Oncle Vania et Treplev, le jeune écrivain de La Mouette. Ils échangent leurs états d’âmes et exposent leurs traumatismes. Ce sont deux grands blessés mais le médecin est sorti sans doute soigner des blessés, des vrais, ceux de la guerre... Le fil conducteur est le récit des maux et traumatismes de chacun en attendant que le médecin y remédie. Même s’ils font allusion aux autres personnages des deux pièces de Tchekhov, l’intrigue reste compréhensible et le texte reprend parfaitement le style et l’atmosphère de l’auteur russe. On assiste au passage des personnages de Tchekhov à travers le filtre freudien. Le récit se nourrit de cette analyse réflexive et de cette introspection. Bref, un beau texte et une rencontre improbable entre deux personnages de deux pièces différentes pour le moins originale, d’autant que Tréplev est laissé pour mort par Tchekhov.

Le décor, les jeux de lumières sur la toile de fond et surtout la musique contribuent à recréer parfaitement l’ambiance de la Russie de cette époque. Un camaïeu de beiges élégant et harmonieux contribue à faire vivre cette époque, que des musiques de berceuses accompagnent agréablement, entre les scènes. L’exploitation du lieu et des éléments de scénographie apportent une touche moderne et ludique, notamment cette porte d’entrée posée sur le sol donc dans un sens inhabituel et le costume trois pièces du protagoniste, parcouru des graphismes qui reprennent des mots en référence au texte initial. Quant aux comédiens, ils sont en parfaite adéquation avec leurs rôles respectifs, mais aussi par rapport aux rapports qui se tissent progressivement entre eux. Le charme de l’un au sourire irrésistible et malicieux permet d’engager la conversation avec une jeune fille bien éduquée mais dont on sent qu’elle se prêtera au jeu et acceptera de poser son livre pour s’épancher. On les verrait très bien se lancer dans un pas de valse sur un air de musique russe.

On prend plaisir à se plonger dans cette ambiance tchékovienne parfaitement rendue, à la fois de langueur, de politesse retenue, de passions ligotées mais aussi de souffrances liées aux bouleversements sociaux de cette fin de siècle. On se laisse entraîner comme dans une valse en dégustant un thé et quelques scones. Le fait de donner la parole à deux personnages qui d’habitude sont pris dans le flot du destin et donc dans une tragédie collective qui les dépasse, est intéressant car elle englobe leurs familles, les autres bourgeois et les paysans. L’auteur leur laisse la possibilité de s’épancher sur leur sort individuel. Cela prouve que Tchekhov comme Shakespeare est intemporel et peut se parcourir dans une lecture freudienne ou à la Woody Allen. Merci pour ce quart d’heure d’introspection nombriliste sur les petites misères de tout un chacun, d’autant plus égoïstement que dehors, les canons retentissent pour de vraies victimes...
Mis à jour le 31/08/2006
LE BON PLAN
Tarif préférentiel à 9 euros (au lieu de 18 euros tarif plein, 12 euros tarif réduit). Dans la limite des places disponibles.
LA BILLETTERIE EN LIGNE EST ACTUELLEMENT FERMÉE
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE