• Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (Ă  partir de 7 ans), d'après les dessins de SempĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Périclès ou la rencontre d’un auteur de génie, d’un metteur en scène inventif et de ses talentueux comédiens.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 22/06/2006
au 28/06/2006

A 21h.
Les Nuits de Fourvière
Théâtres Romains
6, rue de l’antiquaille
69005 LYON
Funiculaire, arrêt Minimes Théâtres Romains
Tarif : 22€ / 15€
Réservations :
04 72 32 00 00
Périclès, prince de Tyr ne fait pas partie de ces tragédies grecques "classiques" auxquelles nous ont habitués les dramaturges français du XVIe au XVIIIe siècle. Certes, Périclès est un personnage historique, un célèbre homme politique athénien du Ve siècle avant J.-C. ; certes son destin fut exceptionnel : il monopolisa la scène politique d’Athènes pendant trente ans, il fut l’auteur de grandes réformes démocratiques, il fit d’Athènes la métropole resplendissante de la civilisation et de l’art classique, il fut l’amant d’Aspasie, considérée comme la plus belle femme grecque, côtoya Sophocle, Socrate ou encore Hérodote et donna même son nom au siècle le plus brillant de la civilisation grecque ; bref, il était apte à devenir le héros d’une grande et belle tragédie. Mais c’était sans compter sur l’audace de Shakespeare.

Son PĂ©riclès, prince de Tyr n’a, en fait, rien Ă  voir avec la "noble" tragĂ©die, celle qui provoque terreur et pitiĂ©. Première innovation : un narrateur sur scène, sorte d’avatar du coryphĂ©e antique, mais simple poète, John Gower, s’adresse Ă  nous autres spectateurs avec familiaritĂ©. Deuxième originalitĂ©, particulière au théâtre shakespearien : le mĂ©lange des tons. PĂ©riclès, roi de Tyr, connaĂ®t des malheurs dignes de son rang et de la tragĂ©die, mais Ă©volue dans un monde de comĂ©die, cĂ´toyant pĂŞcheurs et prostituĂ©es, vivant des aventures de hĂ©ros picaresque. Ainsi, fuyant le courroux d’un roi incestueux dont il a dĂ©couvert le secret, traverse-t-il terres et mers, Ă  la dĂ©couverte de pays Ă©trangers ; ici apportant rĂ©confort aux habitants appauvris, lĂ  participant Ă  un improbable tournoi et Ă©pousant la princesse du lieu. On est proche du conte (c’est dans cet esprit que Gower, poète du XIVe siècle, avait Ă©crit "l’histoire de ce roi...") et de l’épopĂ©e Ă  la fois, mais d’une Ă©popĂ©e Ă  Ă©chelle humaine. Car Shakespeare n’hĂ©site pas Ă  dĂ©mythifier rois et reines, en usant notamment du burlesque. Ses bons mots se fondent dans une langue poĂ©tique (que la traduction d’AndrĂ© du Bouchet rend admirablement). Eloquence et humour cœxistent ainsi heureusement et dĂ©lectent les oreilles de l’auditoire. Le mariage des genres et des tons est parfaitement rĂ©ussi.

Cependant, comment mettre en scène un périple qui se déroule sur quinze ans et dans plus de six lieux différents ? Car, si Shakespeare rêvait d’un grand "théâtre du monde", on sait bien qu’aujourd’hui encore, une scène de théâtre reste une scène de théâtre, qu’un décor ne peut varier à l’infini et que la durée d’une représentation est limitée. Le célèbre dramaturge s’est lui-même heurté au problème en son temps. Dommage qu’il n’ait pas pu croiser Michel Raskine ! Sa mise en scène, absolument magnifique, parvient à nous transporter, en deux heures de temps, de Tyr à Mytilène, en passant par Antioche, Tharse, Pentapolis et Ephèse. Le narrateur, inventé par Shakespeare et incarné ici par l’excellente Marief Guittier, lui facilite la tâche puisqu’il comble de sa parole les ellipses temporelles et spatiales. Mais son mérite n’en est pas moins atténué. La scénographie est riche d’inventions, toutes aussi ingénieuses les unes que les autres. Les deux séquences du voyage en mer en sont un bon exemple : un drap blanc, un ventilateur, un bruiteur, une planche, quatre porteurs, des néons-éclairs et le tour est joué : Périclès affronte une tempête maritime sous nos yeux émerveillés ! Que dire également des séquences montées en parallèle ? Raskine, comme Haneke au cinéma, nous propose deux scènes pour le prix d’une : le plateau, divisé par un faisceau lumineux, accueille deux drames en même temps. Mais, n’en disons pas plus. Un tel spectacle ne peut se raconter ; il doit absolument être vu !
Mis à jour le 26/06/2006
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE