• Courez vraiment voir son show, vous n’allez pas ĂŞtre déçu !
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Dans l’imaginaire marin, l’ondine est une créature parfaite. Mais elle désire une seule chose : connaître l’amour dans la peau d’une femme terrestre.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 13/12/2005
au 01/01/2006

Du mardi au samedi Ă  20h, dimanche Ă  16h,
relâche samedi 24 et dimanche 25 décembre.
Les CĂ©lestins
4 rue Charles-Dullin
69002 LYON
MĂ©tro Bellecour
Réservations :
04 72 77 40 00
Site Internet
L’affiche est prometteuse : La belle Laetitia Casta en Ondine, dans une mise en scène du célèbre Jacques Weber... Et elle tient toutes ses promesses. L’Ondine de Giraudoux reprend vie au théâtre des Célestins, plus de soixante ans après sa création, avec brio. Décors somptueux, scénographie impeccable, interprètes parfaits.

L’action se déroule en deux temps : dans un village de pécheurs, Ondine rencontre Hans dont elle tombe amoureuse ; à la cour, devenue sa femme, elle découvre l’hypocrisie et la vanité humaine. Deux moments auxquels correspondent deux décors : la cabane des pauvres pécheurs, entourée du bleu intense de l’océan, père d’Ondine ; la salle de réception de la cour, elle aussi ceinte par une toile océane, sombre et menaçante. Sur ces voiles transparents, qui symbolisent l’onde, se projettent des lumières chatoyantes. L’effet est séduisant, surtout lorsque les silhouettes de sirènes apparaissent en ombres chinoises derrière le voile lumineux. Une atmosphère véritablement féerique naît. Envoûté par la sublime Ondine, le public se laisse séduire irrémédiablement. Laetitia Casta impose sa présence, légère, gracieuse et espiègle à la fois. Elle incarne le personnage de la nymphe à merveille. Son chant est fatal pour les spectateurs, pauvres Ulysse admiratifs. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls à succomber : Hans, interprété parfaitement par Samuel Jouy, sera la victime de la belle sirène. Ne connaissant pas le monde des hommes, elle a voulu parier sur sa fidélité et l’a voué à la mort...

Une belle histoire d’amour fatal et un beau conte onirique à savourer en cette période de fêtes.
Mis à jour le 21/12/2005
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE