• Après un arrĂŞt cardio-respiratoire de 35 minutes, Olivier Maillet, atterrit plus mort que vif au service rĂ©animation de l'hĂ´pital Bichat, Ă  Paris.
  • A applaudir tant il est rare d'Ă©couter un texte lĂ©gendaire se dire avec humilitĂ©.
  • Une vraie prouesse. L'un des meilleurs spectacles pour enfants depuis longtemps.
  • Courez vraiment voir son show, vous n’allez pas ĂŞtre déçu !
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Avanti Macaroni !

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 16/01/2020
au 26/04/2020

La Scène Parisienne
34 rue Richer
75009 PARIS
MĂ©tro Cadet, Le Peletier
Réservations :
01 40 41 00 00
Site Internet
Quand j’étais petit à l'école, on m’appelait macaroni. Parce que ma mère était italienne. Pas mon père. Comme Cavanna mais à l’envers. Lui, son père, Luigi, maçon illettré, avait émigré d’Emilie-Romagne. Et il épousa une Française de la Nièvre, Marguerite. Le même prénom que ma mère d'ailleurs, Marguerita. Macaroni & Pizza.

Vous comprenez que cette pièce m’a touché. Bruno Putzulu y raconte une partie de mon histoire en s’y impliquant jusqu’à mouiller sa chemise (littéralement) (mais pourquoi un costume de cadre ?!) (étrange, étrange) (pourquoi pas une marinière ou une blouse ouvrière).

TantĂ´t enfant, tantĂ´t adolescent, François, son personnage nous attrape par le cœur, par la puissante affection des petites attentions familiales quand il y a de l’amour dedans.

Le texte est une adaptation très condensée et réussie du premier tome des Ritals de François Cavanna qui grandit à Nogent-sur-Marne dans une petite communauté italienne d’autant plus soudée que moquée ou rejetée par les xénophobes ordinaires. (Ils s’étonnent ensuite du « communautarisme » qu’ils ont ainsi provoqué.)

Un accordéoniste accompagne le récit. Et c’est là le hic. Le texte est excellent, l’acteur est excellent, l’accordéoniste est excellent. Mais… la mise en scène n’est pas à leur niveau. La spirale infernale est assez simple. La musique souligne les émotions du personnage, souvent, hélas, pendant qu’il se raconte. Donc l’acteur doit, pour se faire entendre, surjouer son émotion. Donc l’accordéon en rajoute… Tout le temps, et encore, et toujours trop.

Irritant. Cela devient un combat entre eux, à qui « jouera le plus fort » tout en se répétant dans le même registre. Comme s’il avait s’agit, inconsciemment, de restituer les frictions quotidiennes entre les immigrés et les autres. Parfois (j’en ai compté trois seulement), les deux se complètent, ô joie, ô harmonie des cultures.

On dirait somme toute que l’acteur a eu peur d’être comme il est : seul en scène avec seulement le destin d’un petit garçon, seul parmi les puissances, à nous raconter pour nous emmener. Et pourtant, dire Nogent, n’est-ce pas déjà entendre l’accordéon ?

Il pourrait essayer sans, on l’entendrait encore mieux, jusque dans les chuchotements de quelques gros chagrins ou le silence des sourires qui nous maçonnent.
Mis à jour le 04/03/2020
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE