• L'œuvre de 1927 signée Hermann Hesse, Prix Nobel allemand. Brûlée par les nazis, elle est devenue culte vingt ans plus tard. A ne pas manquer !
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Comme quoi se sentir fou est une déconnade…

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 06/07/2018
au 29/07/2018

15h, relâches les 9, 16 et 23 juilet.
Bourse du travail CGT
Rue Campane
84000 AVIGNON
Site Internet
François Tosquelles, antifranquiste en Espagne puis résistant en France contre Hitler, était un psychiatre génial d’origine catalane. Souhaitant instaurer une psychiatrie « à visage humain », il a toujours voulu considérer l’autre souffrant comme un sujet à part entière. Son œuvre a ainsi radicalement infléchi l’histoire de la folie. La phrase qu’il aimait bien répéter : « ici, personne ne te juge, enfin tu peux déconner à ton aise. Parce que la psychiatrie je l’appellerais la déconniatrie, quoi, vous comprenez..»  dans le livre qui donne son titre à ce spectacle. Mais il était aussi un poète comme il en existe peu, influencé par les surréalistes, Eluard notamment...

Et Christophe Tarkos, mort jeune, et qui nous a laissé une œuvre combinant la facétie, le délire jubilatoire… Tout cela pour en arriver à l’être humain lui-même et à ses « patmot » (pâte de mots) dont le narrateur a fait l’essentiel de ses interventions. Christian Mazzuchini, acteur génial marseillais, désormais connu pour ses rôles dans les films, téléfilms, et aussi au théâtre, rôles qui n’ont certes rien de commun avec celui-ci, d’une drôlerie incommensurable derrière un masque de sérieux qui ne trompe personne…

Sur cette idée il a conçu un spectacle particulièrement génial, qui soulève à chaque instant les rires du public. Cela commence par une imitation quelque peu involontaire de Raymond Devos et sa remise en question totale du langage… rendant celui-ci totalement obsolète… Puis cela continue... Jouant le rôle tour à tour d’un « malade », de Tosquelles (pour lequel il revêt des moustaches et un accent à la Salvador Dali), de Tarkos puis du psychiatre fumeux, prêt à révolutionner sa propre discipline, genre Lacan… Christian Mazzuchini réalise à lui tout seul une performance qui force l’admiration après l’hilarité générale… On ne saurait oublier Marilyne Le Minoux, fausse bonne sœur, qui a coréalisé ce spectacle et sa mise en espace, les photographies de Richard Patatut et l’apport de la Compagnie ZouMaï Prod.

Il faut absolument voir ce spectacle qui nous donne un autre regard, plus lucide et, finalement, plus humain, sur la folie et nous ressuscite l’être humain tel qu’il est et doit être...
Mis à jour le 12/07/2018
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE