• Quatre musiciens en folie se lancent dans une bataille musicale humoristique, mêlant différents répertoires du plus classique au plus déjanté !
  • Un moment de joie, d’émerveillement et de bonheur, qui ravira petits et grands.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Quarante-cinq minutes pour que David Geselson rédige cette lettre -jamais écrite- qu’un individu, vous peut-être, a confié pendant un entretien de trente-cinq minutes.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© DR
Du 09/04/2018
au 09/06/2018

8 et 9 juin à 20h30.
Théâtre Garonne
1, avenue du Château d'eau
31300 TOULOUSE
Tarif : De 5€ à 10€
Réservations :
05 62 48 54 77
Site Internet
“Racontez-la moi, je l’écris pour vous”. Quarante-cinq minutes pour que David Geselson rédige cette lettre -jamais écrite- qu’un individu, vous peut-être, a confié pendant un entretien de trente-cinq minutes. Ensuite, en fonction de l’accord -ou non- de la personne en face, ces lettres deviennent matière théâtrale. C’est le concept de 'Lettres non écrites' ou le challenge de l’écriture vive du réel.

Pénétrer au plus profond l’intimité d’un(e) inconnu(e). Cela peut paraître anecdotique, seulement l’écriture de Geselson rend ces histoires sincères, parfois glaçantes. L’écriture porte une attention particulière à rendre l’interlocuteur d’origine, visible. Chaque écriture paraît être fidèle à l’histoire racontée, à la personnalité rencontrée. De vrais morceaux de vie. Ces lettres sont lues sur scène par David Geselson, Elios Noël qui tâchent d’y mettre le ton, de rendre la lecture vivante. Malgré quelques balbutiements dus à la dynamique du projet -travailler dans l’urgence, dans la précipitation, en redécouvrant parfois les mots- les deux lecteurs s’appliquent à ne pas trahir le message. Lectures sèches, saccadées, retenues, suggérées ou encore pré-enregistrées avec la voix de Laure Mathis, on ne se lasse pas d’écouter. La mise en scène, la scénographie sont sobres, au service des mots. Une imprimante au centre de l’espace scénique imprime une par une ces lettres, ramassées, lues, puis laissées tomber au sol, abandonnées. Quelques autres éléments scéniques dynamisent l’espace ; un papier géant, d’abord au sol puis porté au mur, sur lequel sont imprimées de nombreuses lettres. Le son, soutien aux contextes du vécu raconté.

Cette sobriété sur scène prend le risque de mettre de côté certaines personnes du public qui pourraient trouver cela plat, répétitif ou manquant de rythme. Le pari est osé car cette forme théâtrale, ces enchaînements sans fioritures mettent de côté le divertissement au service de l’écoute attentive. Les histoires abondent et c’est remarquable que d’honorer les paroles invisibles. Leurs préoccupations sont presque thématiques ; l’absence, le regret, la mort, l’amour, l’amitié, la famille. Autant d’histoires hétéroclites, éloignées les unes des nôtres mais dont les sentiments éprouvés ne nous sont pas si étrangers. Comme perpétuellement prisonnier du bouleversant cycle des émotions.
Mis à jour le 16/04/2018
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE