• L'histoire vraie d'un ex (gentil) bandit devenu comédien...
  • C'est un bel hommage que rend Alain Bonneval à l’auteur de cette richesse éternelle.
  • Qui suis-je ? traite, avec humour et sans concession, le transgenre : ses questions, ses surprises, ses peines et ses joies.
  • C’est l’histoire d’un condamné à mort qui écrit durant les vingt-quatre dernières heures de son existence, un journal intime.
  • Robin Recours jongle avec les mots et partage un pouvoir, celui de parler une multitude de langues le temps d'un spectacle, restant sans cesse compris de tous.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Bercé par les mots, ébloui par les voix, illuminé par les morceaux, emporté par la magie du lieu, le Magnificat de Jean Sébastien Bach et le Choeur du Capitole nous ont porté vers la volonté de l’artiste : la recherche d’une expression spirituelle définitivement plus humaine.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© DR
Du 06/12/2017
au 07/12/2017

20h.
Théâtre du Capitole
1, place du Capitole
31000 TOULOUSE
Réservations :
05 61 63 13 13
Site Internet
Considérée comme l’une des œuvres vocales majeures et sacrées, le 'Magnificat' en ré majeur BWV 243 et ces 12 morceaux de ce célèbre compositeur germanique, bouleverse depuis des siècles, des générations tout entière. Jean Sébastien Bach (1685-1750), déjà reconnu comme compositeur de talent à son époque, est aujourd'hui vu comme l'un des grands génies de la musique classique.

Comme un symbole, comme une part inconsciente, et comme une réponse à une enfance difficile marqué par le décès de ces parents, il compose le 'Magnificat' en ré majeur BWV 243 en incarnant le classique de cette période magique, celle de Noël. C'est à l'occasion de Noël 1723 que l’œuvre fut écrite, qui était initialement un texte allemand chanté par la Vierge Marie. Cependant dans les circonstances des grandes fêtes religieuses chrétiennes, l'archevêché de Leipzig, en Allemagne, autorise le texte simplement en latin. Le latin, la langue de la Rome antique, reste la langue officielle au Vatican. Jean Sébastien Bach compose donc le 'Magnificat' dans cette langue où le texte est fragmenté en douze numéros, utilisant chacun, une configuration orchestrale et vocale différente. L'interprétation du Magnificat demande une très grande variété de timbres et de densité sonore. Ce compositeur hors pairs incarne la célébration collective.

Après une brillante ouverture orchestrale, le chœur du Capitole, ce chœur polyphonique, exprime la joie intégrale de ce texte. Tout au long de ce concert, et au travers des rythmes variés et troublant, des textes plus intimistes et humbles, des changements d’atmosphère musicaux, l'évocation solitaire s’harmonise avec le Chœur marquant subtilement la Sainte puissance de Dieu. Créé le 25 décembre 1723 à Leipzig, le 'Magnificat' sera repris à diverses occasions pour les fêtes de Pâques ou de la Pentecôte. Selon Emil Cioran (1911-1995), philosophe et écrivain roumain, « s’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu. »

Le Chœur et la Maîtrise du Capitole, sous la direction d’Alfonso Caiani, ainsi que l’Orchestre Mozart Toulouse, dirigé par Claude Roubichon, nous convient à un voyage au fil des grandes œuvres du répertoire de Noël, d’une rare beauté ; symbolisant toutes les générations grâce à l'écriture contrapuntique serrée, c’est-à-dire la corrélation entre l’Orchestre et le Chœur. Ce Chœur du Capitole, accompagné par des jeunes ténors, a su mettre en évidence le caractère parfois dramatique de ce texte. Il est le symbole de l'éternel recommencement et de l’immortalité d’un répertoire sacré de Jean Sébastien Bach qui met le chœur à l’honneur. Grâce à lui, grâce à eux, comment peut-on perdre la magie de Noël ? Ce concert m’a fait vivre mille et une nuit pour m’amener…en Laponie sans aucun doute.
Mis à jour le 11/12/2017
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE