• Nous voyageons avec Jean
vers le chemin de son vieillissement, vers sa voie choisie mais parfois subie.
  • Deux anciennes ''girls de cabaret'' courent à un rendez-vous avec l’homme quelles ont aimé follement vingt ans plus tôt.
  •  Molière passe toutes les époques. Mais Caroline Rainette lui a donné une cure de jouvence.
  • Barbe bleue, le conte de Charles Perrault revisité dans une version comédie musicale fraîche et délicieusement cruelle.
  • L'affiche ne trompe pas, c'est bien là qu'on vient réveiller papilles et pupilles !Entrez ! Entrez ! Le spectacle va commencer !


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Anémone joue son Boulevard du Crépuscule. Abordée sans détour, la Maladie d’Alzheimer. Beaucoup de nostalgie. Le rire en plus.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 04/10/2017
au 30/12/2017

Palais des Glaces (Salle 1)
37, rue du Faubourg du Temple
75010 PARIS
Métro République, Goncourt
Réservations :
01 42 02 27 17
Tout près du canal, entre les deux squares et, d’un côté la statue de Grisette, de l’autre le buste de Frédérick Lemaitre, pape du Boulevard du crime, le Faubourg du Temple monte jusqu’à Belleville. A deux jets de pierre, sur la gauche, le Palais des Glaces. Anémone y fait une rentrée en fanfare.

Dans un appartement où le passé a laisse sa trace, une femme répond au téléphone. Elle est perdue, bredouille, vouvoie quelqu’un qui lui est apparemment un familier. A son ton, on peut la qualifier de gentille vieille dame. Et l’homme du téléphone apparaît. Elle le qualifie de cousin alors que c’est un de ses fils : Jean, bohème, artiste intermittent divorcé et, depuis, solitaire. Il a le cœur sur la main et chérit sa maman. Il s’occupe d’elle, un jour sur deux. Tout ceci dans la joie, une certaine folie pour ne pas dire dans la loufoquerie. Sa tenue d’ailleurs est celle d’un bobo. On frappe la porte. Augustine est persuadée qu’il s’agit un voisin qui lui fait du plat et dont le prénom revient sans cesse. Jusqu’au bout il jouera les arlésiennes. Il nous suffit de l’imaginer.

Le visiteur en fait, c’est son second fils, Daniel, le banquier, toujours tiré à quatre épingles, marié, chef de famille et parfaitement infidèle. Vis-à-vis de sa mère, il fait son devoir. Oh, sans plus puisqu’il envisage même de la faire entrer au Val Fleuri, une maison de retraite. Sans doute impressionnée par l’allure de son rejeton « surbooké », Augustine ne voit que par lui. Le courant passe mal entre les deux frères, même plus du tout. Ils s’évitent. Et c’est par une erreur de planning – ils se relaient à tour de rôle auprès de leur mère – qu’ils se retrouvent face à face. Se supportant à peine, la gué-guerre reprend, sous les yeux d’une femme tourneboulée dont les oublis frôlent la catastrophe, comme, au fond de la cuisine, ce début d’incendie. Augustine d’ailleurs ne s’en émeut pas. Délicieusement naïve, elle constatant les dégâts : "Y'a du changement… c’est pas comm’ avant".

Anémone – après une longue tournée et le Off d’Avignon cet été, campe le personnage d’Augustine. Dans la tête, on a encore ses prestations au sein de la Bande du Splendid, son rôle dans Le Père Noël est une ordure, mais aussi ses merveilleux contre-emplois, comme dans Le Petit Prince a dit … ou dans Lautrec de Roger Planchon – c’était la mère du peintre, merveilleuse comtesse Adèle, souffrante et généreuse. Aujourd’hui elle récidive, mais sous le masque de la comédie. Une comédie, il est vrai, douce-amère, puisqu’on y aborde le crépuscule de la vie et, plus particulièrement la maladie d’Alzheimer.

Le metteur en scène, Anne Bourgeois, a laissé la bride sur le cou à ses comédiens. Ils secondent Anémone avec pétulance et font rebondie la balle : Denis Cherer, l’auteur de la pièce – Bcbg qui tombe la veste et, au fur et à mesure de l’action, perd ses préjugés - Pierre-Jean Cherer, le charmant bohème qui esquisse souvent les facéties de sa maman, avant de les reprendre en chœur. La musique fuse à certains moments, tout comme les bons mots. Ayant recueilli sur sa fenêtre une pigeonne - qu’elle nomme Françoise – Augustine l’interroge : "Dis… Est-ce que tu as couché avec un pigeon- voyageur ?".

Si l’on frôle dans une scène la comédie musicale, l’émotion reste au rendez-vous, aussi bien sur scène que dans la salle, car on a tous croisé des Augustine. Et, face à ce mur terrible, on a communié avec elles. "Je voudrais seulement que ça redevienne comme avant" murmure Anémone. Cette fois, elle ne rit pas.
Mis à jour le 11/10/2017
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE