• 1914. Eugène, aussi beau qu’insolent, part pour le front comme engagé volontaire. Un excellent moment.
  • Après Le Balcon et Les Bonnes, La Comédie-Française donne Haute-Surveillance de Jean Genet. C’est un diamant noir qui s’offre au public et qui mériterait une captation.
  • La dernière rencontre de Titus et de Bérénice vue par Robert Brasillach
  • Anémone joue son Boulevard du Crépuscule. Abordée sans détour,  la Maladie d’Alzheimer.  Beaucoup de nostalgie. Le rire en plus.
  • Un huis-clos romantique, teinté de poésie. La raison dérive et pourtant les acteurs sont bien là, en chair et en os.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Stéphane Batlle met en scène la condition humaine, dénonçant les abus qu’offre le pouvoir et laissant un message de lutte contre cette aliénation et cette manipulation aussi bien psychologique que physique.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© I. Matras
Du 04/10/2017
au 15/10/2017

Du mercredi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h.
L'Escale
Place Roger Panouse
31170 Tournefeuille
Tarif : 19€ / 16€ / 9€
Réservations :
05 62 13 60 30
Site Internet
Rideau ouvert et décor apparent, nous découvrons la scénographie avant que le spectacle ne commence.
Sobre, et à la fois bien pensée, elle permet de transporter le spectateur dans l’univers anesthésié et stérile de l’hôpital psychiatrique. La coulisse fait également partie de la mise en scène et elle est sublimée par un travail de lumière.

L’intrigue se passe aux États-Unis dans les années 60’, Miss Ratched, et son équipe gouvernent cet établissement par un règlement très strict. Les journées sont identiques, rythmées entre la prise de médicaments, des réunions du groupe et le dortoir. Un enfermement quotidien bien lourd à supporter pour les patients. Puis Patrick Mc Murphy fait son entrée. Il intègre l’institution afin d’échapper à la prison. Ce personnage va donc combattre cette dictature médicale jusqu’à la fin.

L’aliénation, la dictature et l’autorité sont personnifiés. Muriel Darras, donne vie au personnage de Miss Ratched et ne lâche rien. Chaque entrée se fait avec une telle énergie, un ton et un phrasé si travaillé qu’elle terrorise jusqu’au dernier rang des spectateurs. Elle est soutenue par les membres de son équipe médicale tous aussi cruels. Les pensionnaires sont épiés, rappelés à l’ordre et punis grâce à l’énorme gyrophare rouge et aux deux mégaphones surplombant ce décor unique.
La construction des personnages et l’interprétation sont d’une extrême richesse de jeu. Les moments de chœur, souvent bruyants, restent lisibles grâce à la précision des gestes et des déplacements de chacun.
De belles valeurs s’installent dès l’arrivée de Mc Murphy. La solidarité, la lutte, la révolte face à l’abus d’autorité vont souder cette équipe jusqu’à la fin. Les interventions chantées du chef indien offrent des instants de douceur contre la tyrannie médicale. L’imagination permet également de résister à l’interdit. Cependant, le seul issu pour les patients d’échapper à la lobotomisation serait de s’enfuir mais ce ne va pas être si simple...

Une pièce mettant en scène la condition humaine, dénonçant les abus qu’offre le pouvoir et laissant un message de lutte contre cette aliénation et cette manipulation aussi bien psychologique que physique. On ressort avec une grande énergie pour rendre le monde meilleur et ça fait énormément de bien.
Mis à jour le 10/10/2017
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE