• 1914. Eugène, aussi beau qu’insolent, part pour le front comme engagé volontaire. Un excellent moment.
  • Après Le Balcon et Les Bonnes, La Comédie-Française donne Haute-Surveillance de Jean Genet. C’est un diamant noir qui s’offre au public et qui mériterait une captation.
  • La dernière rencontre de Titus et de Bérénice vue par Robert Brasillach
  • Anémone joue son Boulevard du Crépuscule. Abordée sans détour,  la Maladie d’Alzheimer.  Beaucoup de nostalgie. Le rire en plus.
  • Un huis-clos romantique, teinté de poésie. La raison dérive et pourtant les acteurs sont bien là, en chair et en os.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Un huis-clos romantique, teinté de poésie. La raison dérive et pourtant les acteurs sont bien là, en chair et en os.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 02/09/2017
au 06/01/2018

Jeudi et samedi à 21h30 ou 19h45.
Comédie Saint-Michel
95 bd Saint-Michel
75005 PARIS
Métro Cluny Sorbonne
Réservations :
01 55 42 92 97
Site Internet
Une lune en forme d’accroche-cœur éclaire les nuits câlines de la Riviera. Sur un quai de gare, provincial à souhait, un homme attend son train. Seul, assis sur un banc, le portable à l’oreille, il passe son dernier coup de fil, préoccupé par le rendez-vous du lendemain qu’on lui a fixé à Paris. On le sent nerveux. Il se lève et fait les cent pas. Pierre est un auteur dramatique et également un comédien jouissant d’une certaine audience. L’express n’arrive toujours pas. En désespoir de cause, il se rassoit. Se présente une jeune femme, visiblement perturbée. La lune en accroche-cœur inspire alors ce don juan de Prisunic : il engage la conversation. Mais Virginie est rétive. Va-t-on assister à un dialogue de sourds ? Pas si sûr !... Car, malgré tout, elle se dévoile : on apprend que, si elle était à Monte-Carlo, c’était en mission, pour son travail. Expertise, contrôle ? Enfin quelque chose comme cela. Pierre écoute, sans pour autant renoncer à sa drague. Ce n’est pourtant pas un stratège, c’est un rêveur, un brin poète. Virginie est son parfait contraire : carrée, rationnelle, se méfiant de son imagination. Si elle s’est tournée vers les maths, c’est précisément pour endiguer une sensibilité qui la gêne. Elle est mal dans sa peau, a peur d’elle-même et peut-être de ce début d’aventure qui se précise. Son laisser aller ne dure pas et la nature reprend vite le dessus. Ainsi n’hésite-t-elle pas à sortir une bombe à gaz et à aveugler Pierre, lequel souffre, au physique et au moral, car sa dignité en a pris un drôle de coup. Virginie fait marche arrière et s’excuse. Elle se radoucit enfin.

Mais nos protagonistes sont confrontés à un autre problème. Non seulement le train n’arrive pas, mais il semble déprogrammé et on ne parle pas du suivant. Sont-ils en carafe ? Pierre saisit son portable, mais là aussi… Problème de batterie, à moins que … Mais les faits sont incontestables : tout s’est arrêté dans leur petit univers. Seraient-ils victimes d’un bog, une sorte d’arrêt du Temps, de trou noir ? Seraient-ils même morts ? De tout cela, Pierre veut avoir le cœur net : il quitte la gare et veut redescendre à Monte-Carle. Virginie, sur son banc, tente de trouver le sommeil. C’est alors que surgit une dame en noir.

Rémi Picard est un Pierre attachant, vêtu de clair comme il sied à La Côte d’Azur, mais ce don juan est bien fragile. Les mauvaises ondes, que dégage Virginie, le déconcentre, puis il fond dans ses bras. Séductrice sans le savoir, elle joue sur les cordes d’une féminité toute maternelle. Chloé Delest passe avec adresse d’un registre à l’autre : panthère sortant ses griffes, puis Femme avec un grand F quand le danger extérieur se présente. Nathalie Charade, tout en douceur et comme détachée de ce monde broie le mystère avec indolence. Elle nous ensorcelle. Viendrait-elle de l’Au-delà ?

Dans sa mise en scène, plus que vivante – les protagonistes bougent sans cesse – Claudie Guillot n’abat son jeu qu’en fin de partie, avec, comme cartes, beaucoup de cœur. Le mystère reste toutefois l’ingrédient de cette charmante comédie.
Mis à jour le 27/09/2017
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE