• Un spectacle chorĂ©graphique Ă©poustouiflant pour redĂ©couvrir sous un autre regard les collections d'Art ancien du musee du Louvre
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Reprise d’une pièce hyper-brillante des années 1999/2000. Plongée dans un monde qui n’en est plus un et où le temps n’existe plus. Du rire aux larmes.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 19/01/2017
au 13/05/2017

Du mardi au samedi Ă  21h, dimanche Ă  15h.
Rive Gauche
6, rue de la Gaîté
75014 PARIS
Métro Edgar Quinet, Gaîté, Montparnasse-Bienvenüe
Réservations :
01 43 35 32 31
Dans un fracas de malle ou de gueule de crocodile, les portes d’un ascenseur coulissent. La lumière ambrée de l’intérieur nous laisse voir un homme jeune, un peu perdu. C’est le rédacteur en chef d’un journal sportif dont la voiture roule à tombeau ouvert. Accueilli par deux personnages, vêtus de blanc, androgynes à souhait, il leur demande ce qu’il fait là. Mais point de réponse, juste une mimique. Il se heurte ensuite à deux ou trois pensionnaires, habités par les mêmes questions : "Où sommes-nous ? Où aboutit l’ascenseur ? Y-a-t-il un escalier de service ?"

Le premier, c’est le mage Radjapour dont le peignoir de velours s’accorde avec un turban violet. Il se dit le plus à même pour juger de la situation puisqu’il habite l’hôtel depuis six mois. Sa joyeuse patience contraste avec l’inquiétude de Marie, une femme de ménage dont le langage fleuri met en pétard le président Delbec. Catholique, ce chevalier du Cac 40 prend des poses à la Fillon, bouleversé par les actions qui chutent depuis son départ. Il faut absolument qu’il trouve la porte de l’escalier de service.

Dans l’histoire, l’objet obsédant c’est l’ascenseur, qui monte et qui descend sans cesse, mais où ? Il est presqu’aussi obsédant que la visite continuelle du Docteur S, laquelle déambule avec ses deux acolytes, les entités androgynes du début. Cette superbe femme convoque à sa guise l’un quelconque des pensionnaires, mais refuse de répondre à l’une des questions qu’un autre lui poserait. Ainsi envoie-t-elle bouler le président Delbec, toujours aussi inquiet et se demandant s’il est mort ou vivant, à moins qu’il soit dans une maison de fous. A force d’insister, la réponse lui parvient, comme à nous, spectateurs. Il n’est ni tout-à-fait mort, ni tout-à-fait vivant, mais dans un stade intermédiaire auquel on donne le nom de coma. L'ascenseur conduira cette joyeuse société soit vers la rémission, soit vers le trépas. C’est selon…

Mais, rassurez-vous, cet entre-deux n’a rien de lugubre. Il est parfois idyllique, comme dans le cas de Julien – notre rédacteur en chef - fasciné par l’attrait d’une belle plante. Avant tout, belle de l’intérieur, puisqu’ici la libido n’a plus guère de place. Il devient ainsi le double d’un Dante courant après sa Béatrice. Et l’émotion passe, l’émotion nous est communiquée.

Mais ici tout peut arriver. L’acte d’amour le plus fort revient au mage Radjapour, incarné par un Jean-Paul Farré, aussi cocasse que dans ses spectacles précédents, mais avec une petite flamme en plus. Une petite flamme qui nous rend fiers d’exister. Et puis avec ses attitudes de lutin, il nous requinque et efface toute inquiétude.

Le Docteur S, dĂ©ploie l’énergie du personnage que jouait Maria Casarès dans L’OrphĂ©e de Jean Cocteau. Mais elle n’est pas la Mort, elle serait plutĂ´t le Destin, un destin aveugle et sourd qui convient admirablement Ă  Odile Cohen – laquelle succède Ă  Francine BergĂ© de la crĂ©ation. Finalement, elle irradie une empathie bienveillante. Davy Sardou – 3e de la dynastie Sardou – est l’image-mĂŞme de L’Homme pressĂ©, tel que l’a dĂ©crit Paul Morand. En voulant vivre Ă  tout prix, il a oubliĂ© d’exister. Laura est sa parfaite BĂ©atrice. Dommage qu’ici le sexe n’a plus sa place, car NoĂ©mie Elbaz ne peut que susciter bien des tentations ! Michèle Garcia force un peu la note, mais, en Marie, elle est plus vraie que nature : cette femme qui a toujours servi les autres est l’abnĂ©gation-mĂŞme.

Jean-Jacques Moreau, dans un registre très Comédie-Française, nous écrase de sa superbe, dévoré par ses ambitions de grand financier. A cette distribution, ajoutons les noms des deux personnages muets : Roxane Le Texier et Günther Vanseveren. Leur silence creuse le champ métaphysique de l’œuvre, mise en scène sans complaisance par Anne Bourgeois qui va droit au but.

Cet Hôtel des deux mondes hurle de vérité : c’est un hymne à la vie, mais aussi à la conscience. Rien d’étonnant avec Eric-Emmanuel Schmitt, auteur de la nouvelle, Concerto à la Mémoire d’un Ange, et dont ici, les personnages muets, vêtus de blanc, évoquent sa deuxième pièce, Le Visiteur. Cette pièce qui nous l’a fait découvrir en 1993.
Mis à jour le 04/05/2017
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE