• L'histoire vraie d'un ex (gentil) bandit devenu comédien...
  • C'est un bel hommage que rend Alain Bonneval à l’auteur de cette richesse éternelle.
  • Qui suis-je ? traite, avec humour et sans concession, le transgenre : ses questions, ses surprises, ses peines et ses joies.
  • C’est l’histoire d’un condamné à mort qui écrit durant les vingt-quatre dernières heures de son existence, un journal intime.
  • Robin Recours jongle avec les mots et partage un pouvoir, celui de parler une multitude de langues le temps d'un spectacle, restant sans cesse compris de tous.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Je ne suis qu’un grand cirque en faillite… Le spectacle pourtant continue.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 09/11/2016
au 27/11/2016

Du mercredi au samedi à̀ 21h et le dimanche à̀ 17h.
Cirque Electrique
Place du Maquis du Vercors
75020 PARIS
Réservations :
09 54 54 47 24
Site Internet
Steam revient pour sa quatrième année au Cirque Electrique, ce lieu atypique et si particulier de Paris. Le spectacle de la troupe permanente du Cirque Electrique, mêle de nombreuses disciplines artistiques : le cirque en premier lieu, une touche de théâtre, un concert punk rock, une performance, une sorte d’exposition métal urbain… C’est criant, c’est différent et ça ne laisse pas indifférent.

Que ce spectacle nous touche ou non, le travail de toute la troupe, tant des circassiens, que des musiciens et de toute la création scénographique, ne peuvent laisser indifférent. Lorsque vous rentrez dans l’univers de Steam, vous mettez un pied dans un autre monde. Comme si notre monde tentait de survivre après un point de non-retour. C’est post apocalyptique, violent, nu, mais ça résiste avec toutes ses forces et toute son âme.

La création même du spectacle semble basée sur le magnifique texte cru et poétique Sonnet pour une fin de siècle d’Alain Bosquet. Dans ces vers, il pleut sur Barcelone et le cirque s’effondre, offrant le publique en pâture à ses fauves alors que ses clowns sont en grève…

Pendant ces lectures, les artistes évoluent sur scène dans des numéros solo. Face à eux-mêmes, face à leurs difficultés, leurs doutes, leurs envies, leurs rêves... Tarzana s’envole sur son trapèze et nous emporte avec elle : Alba lutte dans une performance époustouflante au mât chinois. Un univers à la Mad Max avec des corps qui semblent nus, vêtus de résille et de lunettes noires. Une tempête s’élève à la force du mur de ventilateurs géants. Un cube métallique immense pour monde et pour univers, qui s’élève dans les airs, devenant tour à tour maison, structure à laquelle on s’accroche, on joue… Un travail important sur les lumières pour apporter cette touche de part sombre du spectacle, où les poursuites se jouent des artistes et dansent dans les gradins.

Steam est un spectacle fort et rempli de poésie. Les femmes portent le spectacle. Elles se contorsionnent, elles s’envolent dans les airs, elles sautent de mât en mât, elles chantent... À la fois puissantes et oniriques. La performeuse Lalla Morte en offre une belle synthèse. Artiste fakir, elle interprète une poupée étrange de siècles passés et pourtant mécanique voire futuriste. Lors de son numéro, elle s’effeuille avec grâce derrière d’immenses éventails de plumes rouges et l’on découvre un corps menu, presque d’enfant, tatoué et marqué. Sa danse douce et sur les pointes de ballerines, frappe violemment le sol métallique de sa scène. Sa voix de soprane accompagne la musique punk tout en scandant les chants. Douceur et violence.

La musique est un élément fondamental de cette création. Hervé Vallée, le personnage emblématique Tapman, touche à tout hyperactif, à composé les musiques qu’il interprète en live assisté de Jean-Baptiste Véry. Il vaque d’un instrument à un autre donnant de la voix et du corps à son art.

Steam se perfectionne d’années en années. Le noyau est fidèle, Tapman, Tarzana, Séverinne et Lalla Morte sont au rendez-vous. Se joignent à eux de nouveaux artistes/athlètes. Et quels circassiens impressionnants ! Alba est une jeune femme d’une rare intensité qui dégage une puissante présence scénique. Une puissance confirmée et sublimée lors de ses acrobaties et de ses prestations au mât chinois. Loup également. Il se fait discret, mais lorsque vient son tour d’entrer en piste, il n’hésite pas à effectuer une pirouette arrière d’une hauteur de plus de trois mètres !

La cuvée Steam 2016 est plus intense. L’ensemble du spectacle et de sa construction reste les mêmes, et les numéros ont la même trame, mais les nouveaux artistes circassiens apportent une nouvelle énergie et plus de puissance encore. Comme toujours un très beau spectacle.
Mis à jour le 18/11/2016
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE