• Poésie, musique et vidéo, voilà le trio gagnant du spectacle musical de Narcisse.
  • Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



J'ai soif
Basilique métropolitaine Notre-Dame des Doms (AVIGNON)
de Primo Lévi (d'après Si c'est un homme)
Mise en scène de Serge Barbuscia
Avec Serge Barbuscia, Maurizio Salerno (orgue dorée), Luc Antonini (orgue de choeur), Pieralberto Marchesini (dramaturgie), Sylvie kajman (acryliques), Sébastien Lebert (scénographie / lumière)

J’ai soif d’après Si c'est un homme de Primo Lévi et Les Sept dernières paroles du Christ en Croix de Joseph Haydn, les 20 et 21 juillet, à 18h. A la basilique métropolitaine Notre-Dame des Doms, dans le cadre du Cycle de musique sacrées du Festival d'Avignon. Avec une version exceptionnelle pour deux orgues pour le festival 2016.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 20/07/2016
au 21/07/2016

18h.
Basilique métropolitaine Notre-Dame des Doms

84000 AVIGNON
Bon vous savez tout ! Enfin presque ! Voilà ce que j’écrivais le 22 novembre 2014 à propos de cet événement. "Il faisait bon ce soir du 22 novembre à Avignon. Atmosphère légère, charme désuet des ruelles de la vieille Cité des Papes et ce rendez-vous si particulier avec Roland Conil et Serge Barbuscia à la Chapelle des Italiens.

"Hé oui ! La fusion théâtrale des 7 dernières paroles du Christ en croix de Joseph Haydn et du texte de Primo Levi Est-il un homme révèle une œuvre douloureuse où l’homme et le Christ sont placés au centre. En prononçant cette même parole J’ai soif, tous deux démontrent la cruauté inique de l’homme envers l’autre. La chaîne du désespoir se met en route avec son cortège de questions sans réponses, de réponses sans questions. Qui sera le plus déshumanisé… du bourreau ou de la victime.

"L’accompagnement musical au piano ponctue de façon lancinante le texte de Levi, le rescapé, qui au plus profond du reste de son être crie, crie, du mieux qu’il peut encore, son horrible douleur magnifiée par une lumière intérieure qui ose s’appeler "espoir".

"Mon Dieu, quel texte ! Quelle souffrance ! Quel cri pour l’humanité ! Qui ne cesse de durer depuis la nuit des temps ! Serge Barbuscia (Théâtre du Balcon) entre dans la peau –je devrais dire les entrailles- des personnages, le Christ et l’auteur, et la blessure est là, présente, communicative et l’espérance aussi. Merci, Monsieur, vous êtes immense.

"Une mention toute particulière à Sylvie Kajman qui offre à nos regards ses beaux acryliques mis en lumière par Sébastien Lebert. Magnifique ! Je retourne à l’automne enchanteur, transporté, spectre-acteur envouté par les mots de l’auteur. J’ai soif. Encore."

Voilà ! Retour au Festival d’Avignon 2016. Ce fut hier et hier c’est aujourd’hui, je veux dire demain ! Avec des changements musicaux dont je ne connais pas les modalités avant de les avoir rencontrées. J’aime avoir l’idée de vous inciter à voir cette interprétation unique.
Mis à jour le 19/07/2016
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE