• L'œuvre de 1927 signée Hermann Hesse, Prix Nobel allemand. Brûlée par les nazis, elle est devenue culte vingt ans plus tard. A ne pas manquer !
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  • Deux monstres sacrés portés par une troupe pleine de feu, entre violence et tendresse, un spectacle à la Mnouchkine…
  • Qui connaît le peintre Philippe Dussaert (1947-1989), plasticien à l’origine du mouvement vacuiste dans les années 80 ?


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Le Goujon Folichon, un spectacle dans la plus pure tradition des cabarets du Paris des années folles qui entraîne le public à pousser la chansonnette en compagnie des deux artistes Julien Fanthou, baryton et Gérald Elliott, accordéoniste.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 01/04/2016
au 30/04/2016

Vendredi, samedi à 19h.
Théâtre du Marais
37, rue Volta
75003 PARIS
Métro Arts et métiers, Temple, République
Réservations :
01 71 73 97 83
Caroline Lœb propose la mise en scène d'un nouveau spectacle léger comme peut l'être l'amour d'un soir et insouciant comme le sont les joies d'une rencontre prometteuse. La scène du Théâtre du Marais se pare d'un décor intimiste accordé à la suffisance des deux artistes en présence. La photo de Mémère Jeanine éveille des souvenirs d'enfance à Julien Fanthou. Souvenirs qu'il livre au public avec pudeur et l'amour pour cette arrière-grand-mère exceptionnelle. Femme de tempérament dotée d'un physique comparable à celui de la Mère Denis, elle avait eu l'audace d'ouvrir une maison close. En bonne tenancière, elle veillait sur ses filles comme une mère de famille, remettait de l'ordre dans les rangs quand les demoiselles jouaient un peu trop les filles de l'air, réprimandait les clients négligés ou exigeants, se montrait radieuse quand les bourses des hommes se vidaient pour remplir celles du bordel. C'était Mémère Jeanine.

Julien Fanthou est rentré par la petite porte de la 'Maison des artistes', peut-être grâce à la plastique de son arrière-grand-mère. Baryton reconnu et respecté est-il devenu les années passant en France et à l'étranger. Sous l'impulsion des doigts de Gérald Elliott tâtant du nacre sur l'accordéon, Julien s'empare de la scène et du public pour entonner un tour de chants sublimé par son côté taquin. L'œil roule amusé dans Le grand frisé (Emile Ronn / Leo Daniderff) ou sur L'Oreiller (Juliette Nourredine), les mains caressent un corps deviné dans J'ai besoin de baisers (Guy Favereau / Marc Berthomieu) ou Les petits hôtels (Bernard Dimey / Léo Ferré), la bouche frétille avec Les femmes ça fait pédé (Serge Gainsbourg) ou On dit qu'il en est (Georges Blanes / Michel Rivgauche).

L'accompagnement musical de Gérald Elliott à l'accordéon, l'alchimie d'une belle association avec Julien Fanthou. Paroles et musique forment un ensemble harmonieux, un duo artistique qui invite la salle à chanter, l'ambiance est bon enfant, les gens prennent du plaisir. Le plaisir d'entendre de belles chansons, Dans ma rue (Jacques Datin) et Le chanteur du métro (Norbert Aboudarham).

Un p'tit coup de Tsoin-tsoin (Géo Koger / Vincent Scotto), c'est au Théâtre du Marais. Il suffit de prendre son billet, un billet de fantaisie, de poésie, de rencontres, de chansons, d'amour.
Mis à jour le 03/04/2016
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE