• Trente-neuf ans de règne : plus que la prĂ©sence au pouvoir de tous les prĂ©sidents de la Ve RĂ©publique ...
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Frangins, une comédie croquignolesque jouait par trois copains marqués à la vie, à l'amitié.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 26/09/2015
au 11/10/2015

Du mardi au samedi Ă  19h, dimanche Ă  15h.
Lucernaire
53 Rue Notre-Dame des Champs
75006 PARIS
MĂ©tro Vavin, Notre-Dame des Champs, Montparnasse BienvenĂĽe
Réservations :
01 45 44 57 34
Ecriture née d'un hasard, la plume de Jean-Paul Wenzel s'est laissée aller à décliner les retrouvailles de trois frangins qui ne s'étaient pas revus depuis trente-sept ans. Une comédie qui rouvre des plaies, panse des amours passés et ranime de vieilles complicités entre les protagonistes.

L'histoire. Un SMS anonyme est envoyé en même temps sur le portable respectif de trois frères, lequel les informe de "rappliquer dare-dare car mère au plus mal". Chacun arrive à tour de rôle dans la maison familiale où la mère est proche de la fin. De cette rencontre, renaissent des sentiments confondus de tendresse, de violence, de sincérité et de fraternité.

Le décor. Une pièce à vivre meublée d'une console laquée aux motifs japonisants, une gazinière en piteux état, un évier et un meuble sous évier crasseux. Une porte s'ouvre sur la chambre de la vieille femme agonisante et se referme sur l'intensité de l'ambiance manifestée par les personnages en présence.

Franchit la porte de la maison en premier, LĂ©o. Taulard bĂ©nĂ©ficiant d'une remise en libertĂ© provisoire pour raison familiale. La mèche rebelle joue avec les nerfs de LĂ©o, l'œil est aux abois, le nez n'est pas en reste. La cuisine lui rappelle Ă©trangement les quatre murs de sa cellule Ă  cause de la puanteur et de la saletĂ©. Suit JipĂ©, alias John, son pseudo d'auteur de polars. Heureux et bouleversĂ©, est-il de revoir LĂ©o après toutes ces annĂ©es de silence... carcĂ©ral et d'oubli. Arrive en dernier, Philippe, le plus jeune de la fratrie. AccompagnĂ© de Muriel, sa compagne, les deux vieux grigous font les yeux doux, made in Tex Avery, au joli chaperon. La rĂ©putation de Philippe, ses tours de magie qui font la merveille du public un peu partout. Une fois les retrouvailles consommĂ©es, s'installe dans la pièce Ă  vivre un climat mĂŞlĂ© d'insolence et de fougue oĂą les individualitĂ©s cherchent Ă  se montrer sous un jour diffĂ©rent par rapport aux souvenirs lestĂ©s dans le passĂ©. Le rapport de force se ressent jusqu'Ă  l'arrivĂ©e de Gaby, femme Ă´ combien belle, qui fut l'amour rival Ă  tour de rĂ´le des trois frères. Une femme, trois beaux mâles, trois histoires de jeunesse qui furent vĂ©cues sur l'instant et ne connurent aucun lendemain. La lâchetĂ© masculine, peut-ĂŞtre. La prĂ©sence de Gaby, une souffle d'air frais dans cet Ă©change Ă  trois car Muriel est quelque peu mise Ă  l'Ă©cart. Dès lors, la pièce Ă©volue au grĂ© des propos Ă©changĂ©s, lesquels ressemblent Ă  des uppercuts reçus en pleine poire ou Ă  des confidences de vieux garçons enivrĂ©s par des vies Ă  bascule.

Dans la pièce à côté, la mère va bientôt passer l'âme à gauche et larmes à droite pour qui la regrettera. Elle ou autre chose, qui sait ! Les dialogues de Jean-Paul Wenzel, un cocktail savoureux à la Michel Audiard. Le ton est bon, le verbe est gratiné, la gouaille est de mise. Une écriture franchouillarde et tellement vraie que Léo, Jipé, Philippe, Hélène et Gaby incarnent les gens de la rue, les gens qui animent la vie.

La mise en scène de Lou Wenzel alterne avec la chaleur populaire d'une salle de boxe et d'une cour de récré où trois ados cherchent maille à partir avec l'expérience de leur âge avancé. Le travail de Lou, une insolence subtilement mise en jeu.

Gaby, interprĂ©tĂ©e par Viviane ThĂ©ophilidès, une prĂ©sence authentique qui joue avec les souvenirs et le prĂ©sent comme sur un plateau de dames. Une belle prestation. Muriel, HĂ©lène Hudovernik, est attachante de sincĂ©ritĂ© car son rĂ´le semble ĂŞtre le plus distant de l'histoire. Elle est un peu la pièce rapportĂ©e Ă  qui l'on prĂŞte un œil pour sa beautĂ© et un verre pour trinquer. Quant Ă  LĂ©o, Jean-Pierre Leonardini, JipĂ©, Jean-Paul Wenzel et Philippe, Philippe Duquesne, ils semblent tout droit sortis d'un album de bande dessinĂ©e de Pellos oĂą Croquignol, Filochard et Ribouldingue en font des vertes et des pas mĂ»res pour escroquer l'honnĂŞte contribuable. Sur la scène du Lucernaire, Les trois Pieds NickelĂ©s en font voir de toutes les couleurs au public pour l'amuser et c'est rĂ©ussi.
Mis à jour le 06/09/2015
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE