• 1914. Eugène, aussi beau qu’insolent, part pour le front comme engagé volontaire. Un excellent moment.
  • Après Le Balcon et Les Bonnes, La Comédie-Française donne Haute-Surveillance de Jean Genet. C’est un diamant noir qui s’offre au public et qui mériterait une captation.
  • Jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour atteindre la célébrité ? Un spectacle magistrale, à voir.
  • La dernière rencontre de Titus et de Bérénice vue par Robert Brasillach
  • Anémone joue son Boulevard du Crépuscule. Abordée sans détour,  la Maladie d’Alzheimer.  Beaucoup de nostalgie. Le rire en plus.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Tout l'entrain de six jeunes comédiens au service d'une délicieuse comédie de Marivaux, fougueux éloge de la jeunesse et de son désir de changer le monde !

INFOS PRATIQUES
Du 31/03/2015
au 03/04/2015

Du mardi au vendredi à 20h.
La Renaissance
7, rue Orsel
69600 OULLINS
Tarif : 22€ / 13€
Réservations :
04 72 39 74 91
Une fée, amoureuse d’Arlequin, le séquestre. Son beau visage l’a tant séduite qu’aveuglée, elle n’a pas pris la mesure de son manque d’esprit et de sa grande ignorance de toute chose. Elle espère bien toutefois se faire aimer de lui. Mais c’est sans compter sur la force et l’innocence des premiers sentiments amoureux que le bel Arlequin va nourrir pour une jeune bergère des environs. Quelques ampoules, des guirlandes lumineuses, des serpentins de papier et le cadre féérique est posé pour cette histoire d’amour qui tournera à la faveur des amoureux sincères et naïfs. Douloureuse sortie de l’enfance toutefois que celle de ces tout jeunes amants exposés aux plans machiavéliques d’une femme de pouvoir animée par la jalousie et la colère. Sottes convenances, duperies, méchancetés, menacent la fraîcheur et la spontanéité des jeunes amours et conduisent la jolie bergère et son jeune amant à l’effroi. Les ingrédients de cette pièce de Marivaux, peu jouée, sont simples : l’amour, les quiproquos et le désenchantement.

Derrière cette comédie aux allures de conte de fée, c’est la notion de passage qui se joue, du monde de l’enfance à celui de l’adulte, de l’inconscience à la raison. C’est aussi une réflexion plus politique sur le pouvoir et la soumission. Portée par six jeunes comédiens, la mise en scène de Thomas Jolly s’autorise tout. Puissance des images, fantaisies rock et baroques et artistes aux talents multiples font de cet Arlequin une délicieuse féerie.


Ce spectacle n'a pas encore été chroniqué
par la rédaction de La Theatrotheque.com.

Mis à jour le 19/03/2015
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE