• Nous voyageons avec Jean
vers le chemin de son vieillissement, vers sa voie choisie mais parfois subie.
  • Deux anciennes ''girls de cabaret'' courent à un rendez-vous avec l’homme quelles ont aimé follement vingt ans plus tôt.
  •  Molière passe toutes les époques. Mais Caroline Rainette lui a donné une cure de jouvence.
  • Barbe bleue, le conte de Charles Perrault revisité dans une version comédie musicale fraîche et délicieusement cruelle.
  • L'affiche ne trompe pas, c'est bien là qu'on vient réveiller papilles et pupilles !Entrez ! Entrez ! Le spectacle va commencer !


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Le théâtre est un lien inépuisable qui trouve son inspiration dans les thématiques universelles, lesquelles confrontent l'homme face aux perversités de la vie et à la face cachée des p'tits bonheurs jusqu'ici enfouis par pudeur ou par oubli.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 05/09/2014
au 20/12/2014

Vendredi, samedi à 19h, relâche le 12 septembre.
Guichet-Montparnasse
15, rue du Maine
75014 PARIS
Métro Montparnasse
Réservations :
01 43 27 88 61
Site Internet
En ce début septembre, deux dates s'inscrivent au Guichet-Montparnasse. Un mardi en novembre, la nouvelle pièce écrite par Julien Séchaud, et dimanche 31 août. La radio annonce une explosion dans un immeuble d'habitation à Rosny-sous-Bois. De nombreuses victimes sont à déplorer, des victimes innocentes soufflées par un fait divers dramatique. Bruno, le régisseur du Guichet-Montparnasse, habitait cet immeuble et fait partie de ces gens dont le souvenir se dresse désormais sur une stèle éphémère. Bruno était de l'aventure du Guichet-Montparnasse aux côtés d'Annie Vergne depuis longtemps. Aux pupitres de la régie, il avait l'art et la manière de mettre les comédiens en lumière. Aujourd'hui, un ange passe et la lumière l'accompagnera ad vitam aeternam.

Julien Séchaud, la fine plume du Guichet-Montparnasse. Après Aimez-vous la nuit, Un mardi en novembre ouvre la saison 2014-2015 de ce théâtre situé à quelques pas de la Gare Montparnasse. L'auteur de la pièce est un ébéniste de la langue française, il connaît la matière des mots, il les sculpte dans le sens de l'histoire et les dispose les uns à côté des autres avec le savoir-faire de l'artisan passionné. De ses histoires naissent des émotions, des expériences vécues, des moments de vie partagée, des solitudes semées de silence, des joies déliées sur le fil de la tendresse et de l'humilité.

Un mardi en novembre, le récit d'une famille déconstruite. Eva, une grande comédienne, sur le déclin après l'annonce de la maladie d'Alzheimer. Samuel, ce fils disparu trop tôt dont les apparitions successives s'apparentent à une résurrection. Aurélien, l'autre fils, l'enfant incompris, lequel adulte a pris cinq années de distance avec sa mère. Lisa, la cousine, jeune femme au service et au chevet d'Eva, laquelle ne feint pas les reproches à son égard. Alzheimer s'est invitée dans la tête d'Eva et petit à petit prend possession de sa mémoire. Aurélien se rapproche de sa mère, Samuel joue à Casper, Lisa commence une nouvelle vie avec Benjamin.

La mise en scène d'Annie Vergne, un manifeste sur la différence, un traité de philosophie sur la tolérance, une quête contre l'oubli. Le pathos n'est jamais abordé au sens propre, la maladie accompagne Eva, interprétée par Annie Vergne, telle une amie infidèle. La vieille femme aigrie par le décès prématuré de Samuel et par l'éloignement d'Aurélien s'accroche à ses souvenirs de comédienne réputée en son temps. Elle n'est plus que l'ombre d'Ophélie et trouve le réconfort dans les apparitions de Samuel. Annie Vergne porte ce rôle de composition avec conviction, son jeu ne se standardise pas autour de la maladie. Elle l'affronte avec volonté et montre le chemin de la réconciliation avec Aurélien avant que sa mémoire ne s'efface à jamais.

Ghislain Geiger, dans le rôle d'Aurélien, interprète un fils en désaccord avec l'autorité maternelle. Jusqu'au jour où conscience se faisant, il revient dans la maison familiale pour aider moralement et physiquement celle dont il pense qu'elle ne l'a jamais aimé. Ghislain Geiger, un comédien qui se substitue avec une aisance déconcertante à son personnage selon la mise en situation. Emouvant, silencieux, affectif, emporté, telles sont les impressions que dégage avec subtilité le comédien toujours aussi attachant et captivant.

Samuel, un ange qui passe, un gentil fantôme rieur et bon conseilleur, le confident des instants de doute, le partenaire des jeux d'enfants. Julien Séchaud, un talent d'auteur de pièce de théâtre et de comédien appliqué et généreux.

Lisa, l'adorable cousine souriante et belle comme le jour, est incarnée par Juliette Stevez. La comédienne excelle dans des registres différents, telle dans Olympe de Gouges et porteuse d'espoir dans ce nouveau rôle d'Un mardi en novembre. Sa présence se définit au féminin-pluriel, Juliette Stevez est plusieurs en une.

La scénographie épurée se manifeste par deux fauteuils et une petite table. Lesdits éléments s'associent adroitement à l'importance accordée à l'espace libéré de toute contrainte extérieure. L'essentiel s'articule sur l'histoire et sur les jeux de lumière alternant entre clair-obscur et pudeur.

Un mardi en novembre, une nouvelle belle et enrichissante création de et par l'équipe du Guichet-Montparnasse.
Mis à jour le 12/09/2014
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE