• L’art vivant, celui de l’instant présent, rencontre l’art numérique, celui qui est hors du temps...
  • 2147 : c'est la date à laquelle un rapport de l'ONU prévoit que la pauvreté de l'Afrique aura diminué de moitié.
  •  Inscrit dans la tradition du music-hall et du cirque, ce spectacle émerveille les jeunes et reconnecte les grands aux sourires de l’enfant qui sommeille en eux.
  • Bérengère Dautun – 30 ans de Comédie-Française – nous conte l’histoire d’une des premières ''femmes libres'' au travers de 15 personnages.
  • L'affiche ne trompe pas, c'est bien là qu'on vient réveiller papilles et pupilles !Entrez ! Entrez ! Le spectacle va commencer !


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Les rapports fragilisés d’une famille en proie aux fantômes des parents décédés et confrontés aux incertitudes de l’avenir.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 19/05/2014
au 07/06/2014

Ciné 13 Théâtre
1, Avenue Junot
75018 PARIS
Métro Lamarck Caulaincourt
Réservations :
01 42 54 15 12
commander_100x30_02.gif
Adapté un texte de Tchekhov en trente minutes, l’exercice peut paraître insensé. Thierry Harcourt assisté de Stéphanie Frœliger et de Raphael Haberger l’ont réalisé avec une mise en scène qui apporte tous les ingrédients d’une pièce classique. Ce n’est pas peu dire que le public rentre de suite dans l’histoire d’Olga, Macha, Irina et Andreï. La scénographie simplifiée est en symbiose avec la noblesse de l’écriture du dramaturge russe, un portant à vêtements suffit à meubler le plateau. Une galerie de portraits se succèdent à un rythme effréné, lesquels se distinguent mutuellement par des présences courtes et soignées. Olga la sœur ainée, interprétée par Julie Debazac, porte le destin de sa famille à bras le corps car elle représente l’assurance et l’espoir. Rêveuse et romantique, Olga est réfléchie, méthodique et émet le souhait d’aller vivre à Moscou avec ses sœurs pour y retrouver leur frère, Andreï. Julie Debazac, une belle présence dans cette pièce, une comédienne attachante, entière et tellement Julie. Macha, jouée par Deborah Grall, véhicule en son for intérieur des sentiments puissants et complexes. Tour à tour, elle alterne la fragilité et la détermination, l’amour et l’ennui. Irina, la sœur cadette incarnée par Noémie Elbaz, reflète l’insouciance et la joie de vivre. Jolie comme une fleur fraichement cueillie, Noémie se métamorphose en l’inverse dans le rôle de Natalia, l’épouse d’Andreï. Autoritaire, elle n’a d’yeux que pour son mari et souhaiterait voir les sœurs s’éclipser de sa vie. Andreï est Jean-Baptiste Marcenac, musicien sans le sou, homme dans le flou. Il caresse le rêve d’enseigner la musique. Les jeux d’argent auront eu raison de lui et de la demeure familiale qu’il se voit contraint d’hypothéquer. Qui plus est le musicien que le comédien, l’un s’est trouvé un refuge, l’autre un personnage de théâtre. A croire qu’ils se connaissent depuis... L’interprétation de Jean-Baptiste frôle la perfection.

L’autre performance de Thierry Harcourt se résume à la succession de personnages investis par Julie Debazac, Noémie Elbaz, Deborah Grall, Jean-Baptiste Marcenac en si peu de temps. Les mises en situation catapultent des mondes intérieurs qui s’accrochent à la vie et marchent en funambule sur un fil invisible, l’avenir. Dans cette adaptation, la famille est au cœur de l’homme + 3 et le public ne se trompe en plébiscitant comme il se doit les artistes.
Mis à jour le 27/05/2014

  En complément
 À LA UNE Mises en capsules, le festival de formes courtes théâtrales...

VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
logo120_50_logo_fnac.gif
PUBLICITE