• Il est trois heures du matin, Franck bougon termine de ranger le bar et 
s'apprĂŞte Ă  fermer l'Ă©tablissement, quand surgit une jeune fille. C'est 
vrai il pleut très fort dehors et il tonne même. Mais bon il est trois 
heures du matin !!
  • Un an après leur rupture, Alice dĂ©barque Ă  trois heures du matin, chez Hugo !! Elle qui croyait Ă  l’amour Ă©ternel, pur, absolu, lui plus terre Ă  terre, rĂ©aliste, peut-ĂŞtre moins envie de « s’installer ».
  • Encore ! Allez-vous me crier dans les oreilles. Ben oui, encore, mais lĂ  c’est un misanthrope pas commun. D’abord cela se passe de nos jours. Ils ont tous des tĂ©lĂ©phones portables. Rien ne choque, tout est plausible. VoilĂ  l’extraordinaire talent de Molière.
  • Et nous voilĂ  embarquĂ©s dans une sĂ©rie d'Ă©vènements avec les spectateurs comme principaux
  • HystĂ©ries est une sĂ©rie de saynètes sur la rupture, l’amour, la trahison et mĂŞme le meurtre .


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Chanson possibles z'et impossibles de Boris Vian. Une promenade hilarante Ă  travers les chansons de Vian

INFOS PRATIQUES
Du 28/11/2001
au 09/02/2002

20 h du mardi au samedi.
Lucernaire
53 Rue Notre-Dame des Champs
75006 PARIS
MĂ©tro Vavin, Notre-Dame des Champs, Montparnasse BienvenĂĽe
Réservations :
01 45 44 57 34
"Mon oncle, un fameux bricoleur, faisait en amateur des bombes atomiques...". Immortalisée par Serge Reggiani, cette java-là est l'une des cent trouvailles de Boris Vian, écrivain, chansonnier, fou de jazz et amoureux des jolies choses. Du vent dans son crâne depuis et pour longtemps, malgré sa belle rime et son humour doux dingue ! Pourtant, longtemps, bien longtemps après, la verve fine du poète émeut et amuse, avec vie et ce qu'il lui reste de modernité. Boris Vian sera toujours Boris Vian, dans sa tendresse, dans sa désinvolture, dans cet art de "joliment dire" le grave. Irrévérencieux et blessé. Alors, le déserteur est une fougue adroite contre la guerre... Il est comme un de ces génies libres que le théâtre permet de s'attacher.

Les comédiens musiciens du spectacle sillonnent, au piano, à la guitare et à la contrebasse, le personnage Vian, son ironie parsemée de drôlerie, les personnages nés de son crâne et de sa hargne à toujours vouloir dire avec justesse. La nostalgie n'est pas bonne à cultiver dans ce monde où, tôt ou tard, nous ne serons que des os. La "pataphysique" est férocement comique, attachante, emplie de haine et de musique, bref, d'un amour immodéré pour les "chansons douces". Dalida, Claude Nougaro, Charles Aznavour et d'autres enchanteurs se partagent les intermèdes fantaisistes, avant l'éternel retour d'un Boris changeant, au gré du spectacle.

Tous les visages de Boris Vian sont au Lucernaire. Dans l'enceinte de ce théâtre, une place porte son nom.
Mis à jour le 02/11/2002
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE