• Un riche écrivain reçoit la lettre d'une femme qui lui révèle la passion qu'elle a nourrie pour lui, sans que jamais il ne s'en aperçoive.
  • Le pari est osé car cette forme théâtrale, ces enchaînements sans fioritures mettent de côté le divertissement au service de l’écoute attentive.
  • Plus de 30 ans de présence sur scène… L’indémodable Popeck fait toujours recette ! Son fidèle public le suit, toutes générations confondues...
  • La pièce la plus sombre d’Henrik Ibsen où l’auteur oscille entre la critique sociale et  son amour inconditionnel pour un personnage qu’on aurait plutôt tendance à détester.
  • Des jouets qui prennent vie ?! Un rêve d’enfant qui se réalise sur scène dans ce joli spectacle musical mêlant des danses, des chansons et textes drôles et tendres. C’est très réussi et le jeune public adore !


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites



de Henry Purcell
Mise en scène de Samuel Achache, Jeanne Candel
Avec Judith Chemla, Vladislav Galard, Léo-Antonin Lutinier (remplacé par Antoine Kahan le samedi 7 décembre), Jan Peters, Jeanne Sicre, Matthieu Bloch, Florent Hubert, Clément Janinet, Olivier Laisney, Thibault Perriard, Marie-Bénédicte Souquet, Lawrence Williams

Ainsi sur les rives fatales du Nil / Pleure le crocodile trompeur...

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 04/12/2013
au 07/12/2013

MC2
4 rue Paul Claudel
38000 GRENOBLE
Réservations :
04 76 00 79 19
Site Internet
Les "rapports". Le rapport entre les notes de musique s’échelonnant le long d’une corde tendue et l’harmonie des sphères ? Le rapport entre un opéra baroque du XVIIe siècle et une pièce de théâtre contemporaine déjantée ? Le rapport entre une histoire d’amour tragique et un spectacle burlesque ? Vous ne voyez toujours pas ? Normal. La création de Samuel Achache (du collectif D’ores et Déjà) et Jeanne Candel (de La Vie Brève) est tout aussi "trompeuse" que le crocodile "sur les rives fatales du Nil". On aimerait s’en tenir à ces quelques lignes et vous laisser, livrés à vous-mêmes, en pleine incompréhension, mais l’exercice exige d’en dire tout de même un peu plus. Dommage car Le Crocodile trompeur est un spectacle sur lequel il vaut mieux ne rien savoir avant de le découvrir (et il faut absolument le découvrir !). Alors, pour qui veut suivre ce conseil, stop ! On arrête là la lecture.

"Ainsi sur les rives fatales du Nil / Pleure le crocodile trompeur", ce sont deux vers du livret de l’opéra Didon et Enée, composé par Purcell en 1689. Didon use de cette métaphore alors qu’Enée vient de l’abandonner pour accomplir son destin : fonder une nouvelle cité en Italie. De cet opéra tragique, qui ressasse la douleur de l’héroïne séduite puis délaissée par son amour, Jeanne Candel et Samuel Achache tirent un "opéra-théâtre" complètement fantaisiste. Ils dynamitent l’ouvrage de Purcell, tout en en respectant l’argument et en conservant quelques passages lyriques. Le résultat est absolument génial. Ils nous font (re)découvrir une œuvre baroque par une mise en scène très kitsch (au sens premier du terme), qui colle parfaitement à l’esprit baroque. L’hétéroclite, le collage d’éléments de bric et de broc, que ce soit dans le décor, dans les costumes, dans les tableaux représentés, est un remède efficace contre l’ennui.

Ainsi passe-t-on deux heures qui semblent bien courtes en compagnie de ces douze omédiens / chanteurs / musiciens / cascadeurs, et l’on en passe tant chacun a de cordes à son arc. Des digressions amusantes sur des thèmes qui semblent absurdes, mais qui ont toujours un vague rapport avec l’histoire de Didon et Enée, une exploration loufoque du corps humain, mimée par quatre comédiens, sur le mode Monty Python, pour trouver l’origine d’une mort par chagrin d’amour, des saynètes burlesques à ski ou en queue de pie dans un Carthage en ruine (N’oubliez pas : Carthago delenda est !), de magnifiques airs d’opéra revus et modernisés par Florent Hubert, interprétés sur le mode burlesque par une partie de l’équipe et sur le "vrai" mode lyrique par Judith Chemla, en qui l’on découvre une véritable chanteuse et une superbe Didon... Quoi d’autre ? L’anglais, voire le "franglais", utilisé durant quasi toute la représentation, rappel des origines de l’opéra et source d’un comique verbal savoureux. La tête de biche, les gravats, le lustre qui se balance, le piano qui tombe, le raisin frais, enfin et surtout l’énergie incroyable de toute la troupe. Vous n’avez toujours rien compris. Tant mieux. Allez découvrir ce Crocodile trompeur directement au théâtre. Vous en ressortirez euphorisés.
Mis à jour le 07/12/2013
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE