• Trio endiablé à la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens déjantés, des textes drôles et percutants, voilà la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournée en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle ébouriffant et drôle qui tourne en région parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimé des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est désespéré.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (à partir de 7 ans), d'après les dessins de Sempé.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Une tragédie de Hanokh Levin proche du théâtre grec de Sophocle.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 11/09/2013
au 29/09/2013

La Cartoucherie - Théâtre de la Tempête
Route du Champ de Manoeuvre
75012 PARIS
Métro Château de Vincennes
Réservations :
01 43 28 36 36
commander_100x30_02.gif
Site Internet
L'Ivresse de Hanokh Levin se concentre sur une écriture pluridisciplinaire, laquelle bouleverse la tragédie en dérision, le martyr en contentement. De son œuvre, se détachent des pièces phares, La Putain de l'Ohio, Kroum l'ectoplasme, Les Souffrances de job. Le Soldat ventre-creux est une création mise en scène pour la première fois par Véronique Widock au théâtre de la Tempête.

Un soldat, après cinq années passées au front, marche dans la nuit en pensant aux retrouvailles avec son épouse et avec son fils qu'il n'a pas vu grandir. Revoir les siens dans sa maison, un rêve sur le point de devenir réalité, soudainement contrarié par un soldat qui prétend s'appeler comme lui. L'un et l'autre plaident la légitimité de leur identité jusqu'à s'affronter dans un corps-à-corps de joutes verbales et de coups bas.

La scène, une grande aire de solitude balayée par un souffle de misère dont se dégagent des ténèbres, cinq adultes troublants et un enfant au regard évadé. Quelques feuilles mortes assemblées en tas s'invitent dans ce décor rythmé par la désolation.

La scénographie d'Eric Mariette s'articule avec l'introduction d'une barrière et de fûts métalliques. Lesquels s'accorderont aux mouvements d'une chorégraphie d'hommes décharnés par les affres de la guerre. Les moyens techniques, définis par les lumières de Pierre Gaillardot et la musique de Bastien Poli, donnent l'impression d'une pyrotechnie d'éléments en fusion. Les costumes de Myriam Drosne subliment l'authenticité de la situation, la crasse et la sang les recouvrant ne faisant plus qu'un.

Théâtre d'influence, Le Soldat ventre-creux inspire respect à l'écriture de Hanokh Levin. Sur trame de conflit israélo-palestinien, cette pièce ouvre la soif de connaissance sur la profondeur de la nature humaine. Les guerres sont le fait des hommes, la vie et la mort aussi. L'homme repousse les limites de son engagement individuel dans la vie jusqu'aux frontières de l'inacceptable. Il n'est pas de vie sans combat, d’amour sans heurt, de vainqueur sans perdant. L’existence, un point d’interrogation enterré comme une mine sur un no man’s land de questions sans réponses. La justice des hommes, une potence installée sur des sables mouvants, le verdict est aiguisé sur le fil d’une vérité prohibée et le condamné devient victime de ses erreurs. La conscience des uns fuit la raison des autres, le compte à rebours est lancé, les notions de vie et de mort riment la prose du temps espacé de silence et de douleur, d’espoir et de points de suspension.

Véronique Widock met en scène trois personnages semblables aux héros solitaires des tragédies de Sophocle. Réduits à l’ombre d’eux-mêmes, chacun revendique son droit de cité face à la cruauté du monde qui les traduit sur le ban de l’humiliation. Qui sont-ils, conviendrait-il d’écrire au passé simple ? Existent-ils encore dans la conscience collective ou sont-ils la projection d’un idéal ? L’enfant au regard évadé connait ces trois hommes pris individuellement. Il a longtemps espéré le retour de ce père parti au front. Les paroles d’une contine sont gravées dans sa mémoire, mais il a oublié le visage de celui qui les lui chantait tous les soirs. En grandissant, il s’est construit une image paternelle, peut-être proche de l’idéal.

La mise en scène de Véronique Widock, un chant de souffrance et de tendresse. La réalisation transporte le public vers un territoire cerné de barbelés où des lambeaux de vie déchirée sont accrochées. Une façon de rappeler qu’un traité de paix se signe à l’unique condition que les belligérants baissent les armes et acceptent le dialogue. Stéphane Facco, Vincent Debost, Axel Petersen, Henri Costa, Christophe Pinon, en alternance Nicolas Couffin et Mateo Frey, une belle distribution de comédiens pour interpréter des personnages ressuscités par la magie du théâtre.
Mis à jour le 13/09/2013
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
logo120_50_logo_fnac.gif
PUBLICITE