• L'histoire vraie d'un ex (gentil) bandit devenu comédien...
  • C'est un bel hommage que rend Alain Bonneval à l’auteur de cette richesse éternelle.
  • Qui suis-je ? traite, avec humour et sans concession, le transgenre : ses questions, ses surprises, ses peines et ses joies.
  • C’est l’histoire d’un condamné à mort qui écrit durant les vingt-quatre dernières heures de son existence, un journal intime.
  • Robin Recours jongle avec les mots et partage un pouvoir, celui de parler une multitude de langues le temps d'un spectacle, restant sans cesse compris de tous.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




La célèbre comédie de Molière revue en version Pulp Fiction avec un Sganarelle top Urgences.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 29/05/2013
au 24/08/2013

Du mardi au samedi à 18h30.
Lucernaire
53 Rue Notre-Dame des Champs
75006 PARIS
Métro Vavin, Notre-Dame des Champs, Montparnasse Bienvenüe
Réservations :
01 45 44 57 34
commander_100x30_02.gif
Le théâtre de Molière n'en finit pas d'être adapté dans des mises en scène mélangeant les époques et les genres. Aurélien Rondeau et Quentin Paulhiac s'investissent dans une version inédite de la pièce en prenant pour repère des séries télévisées et cinématographiques américaines. L'originalité de la mise en scène, une déconstruction massive de l'œuvre délestée des matériaux classiques et académiques. L'histoire de Sganarelle, un pan de l'histoire sociale des Etats-Unis des années 1990 marquée par la décroissance économique et le rêve américain réduit à survivre dans un no man's land peuplé d'êtres extraits du monde.

Des sacs poubelles éventrés jonchent le sol, les canettes de bière broyées témoignent de cette force irrésistible qui pousse les hommes à se noyer dans les alcools de leurs abysses. Ils sont là à rire pour ne pas pleurer, vautrer dans une misère qui les entraîne inexorablement chaque jour un peu plus dans ses entrailles. Sganarelle et Martine vivent dans un ghetto de Los Angeles, lui bat sa femme, elle éprouve la ferme volonté de se venger des coups portés. Un jour, se présentent deux hommes en quête d’un médecin pour soigner la fille du patron, affectée par une incapacité soudaine à parler. En Martine, ils trouvent l’interlocutrice inattendue. Elle les rassure en annonçant que son mari a la vocation de soigner les maladies incurables. Sganarelle endosse bon gré, mal gré la blouse blanche du médecin et cette usurpation de statut scellera son destin.

Cette farce traduite avec les clichés d'aujourd'hui tire une ineffable irrévérence aux pratiques médicales telles que Molière les décrivait. Rondeau et Paulhiac s’en amusent en intégrant au ridicule de situation un parler qui sied à souhait à qui sait ouïr l’absurde dans son extrême absolu. L’impertinence redouble en intensité avec la bêtise humaine, l’insolence se maquille avec le fard de la déraison.

Les comédiens sont force de générosité et de sincérité dans leur attribution respective, ils soignent les apparences en apportant une dimension nouvelle aux personnages de la pièce de Molière à son origine. Fougueux, ils le sont de bout en bout et d’impromptus, ils font preuve car à leur manière, le texte explore les répliques avec les codes et les expressions actuelles. D'intermèdes, point trop n’en faut afin de ne pas baisser le rythme imposé. Sganarelle porte l’intelligence de sa futilité en se montrant magnanime et persuasif. Le revers de sa folie joue en sa faveur jusqu'au moment où il s’attend à être démasqué. Les comédiens rendent cette pièce fluide, intense et molièresquement extravagante.

La mise en scène d’Aurélien Rondeau et Quentin Paulhiac, la cohérence et la pertinence d’un collectif qui a su éclairer cette satire en s’appuyant sur le made in USA des nineties. Une caricature des classes sociales distanciées par un canyon de vague et d’âme. D’une pièce classique qui connut un franc succès lors de sa présentation au public parisien en août 1666 au Théâtre du Palais royal, Aurélien et Quentin l’ont réinventée avec la dynamique de leur jeunesse et l’aplomb indispensable porté sur le désir de faire rire. Prescription de rire garanti si rendez-vous avec Le Médecin est pris malgré lui.
Mis à jour le 12/06/2013
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
logo120_50_logo_fnac.gif
PUBLICITE